Dernières news

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli : Conclusion

Se plonger dans l’univers récent de la gestion de la chose publique, en Guinée, c’est baigner dans un océan de requins ou se côtoient des prédateurs issus des instances même de gouvernance. La question fondamentale, qui mérite d’être posée, est de savoir où était Alpha Condé ces dix dernières années. Il faisait ce qu’il a dans l’âme et qu’il fera pour le restant de sa vie ; la politique. La débâcle politique actuelle résulte de la séparation entre la qualité de dirigeant et le principe d’intérêt général, qui décrit la finalité de l’action publique. La nomination des prédateurs de l’économie nationale

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli (cinquième partie) : L’arrogance du pouvoir

La notion d’optimisme en matière de développement perd tout son sens lorsque les principes qui gouvernent les rapports entre l’exécutif et les gouvernés sont mis à l’épreuve. Notre pays en est un exemple illustratif à cet égard. Ce phénomène se pose avec une acuité sans précédent depuis l’avènement de Alpha Condé au pouvoir. Chef d’État sans empathie, nos émotions, nos désirs et nos valeurs sont le dernier de ses soucis. Ne se reconnaissant pas dans la culture guinéenne, il n’hésite pas à nous faire massacrer, à brader nos ressources, et à assister, avec indifférence et mépris pour le peuple, à

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli (quatrième partie) : Les insuffisances du modèle fondé sur l’exploitation des ressources minières

L’état de dégradation extrême de la Guinée constitue un autre symbole accablant de la défaillance de l’État. En débarquant en Guinée, on a l’impression que 10 milliards de dollars y ont été désinvestis depuis 2010, à moins que la réalisation des hôtels ait couté la bagatelle de 10 milliards de dollars. Le faible accès des populations aux infrastructures économiques et sociales (électricité, eau, gaz, services sociaux et de santé, éducation, assainissement, routes, ponts, aéroports, ports, services de télécommunication, etc.), base du développement, est préoccupant pour un pays au plus fort de sa croissance démographique (2,84 % en 2018 selon l’ONU). En

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli (troisième partie) : L’escroquerie de la dette

La question du rôle crucial que doit jouer le citoyen dans la construction démocratique et le renforcement de l’État de droit tient du principe de souveraineté des gouvernés, qui fait des dirigeants des serviteurs publics et non des dominants. C’est pourquoi, selon la chartre européenne des droits fondamentaux, « la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées (ne doit faire l’objet d’aucune) ingérence de la part des d'autorités publiques […] ».  Le rôle de l’auteur ou de l’activiste est de s’employer à libérer et à mobiliser le potentiel intellectuel et énergétique de

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli (deuxième partie)

Avant de passer au vif du sujet, je voudrais ici dire un grand merci aux nombreux lecteurs qui m’ont envoyé des messages d’encouragement. Dans la même veine, je ne pourrais aborder cette deuxième partie sans rendre un hommage particulier à mon cher ami Amadou Sadjo Barry pour ses interventions médiatiques sur des problématiques aussi cruciales que la citoyenneté républicaine et la responsabilité intellectuelle dans la défense de la démocratie. Un clin d’œil au passage à tous les auteurs qui s’inscrivent dans une démarche similaire. L’expérience suggère que les sociétés aux inclinaisons fatalistes ne peuvent pas inverser le rapport de forces

Le peuple de Guinée, otage d’un État failli (première partie)

Fermer les yeux pour ne pas voir ou manier la langue de bois en contexte de « massacre » des principes fondamentaux des droits de la personne, est autant handicapant pour la démocratie que les dérives de l’État de droit. C’est en exerçant son droit d’exprimer et de diffuser ses opinions, sans crainte de l’autorité centrale, que le peuple peut favoriser la bonne gouvernance. Cela revient à dire que dénoncer la politique propagandiste de l’État guinéen, ce n’est pas aller à contrecourant de la nécessité de moduler la société pour le bénéfice de tous. Nos velléités démocratiques et notre amour du prochain

Dr Boubacar Doumba Diallo Un homme universel Par Alpha Sidoux Barry

La stupeur et la consternation qui ont accueilli l’annonce du décès du Dr Boubacar Doumba Diallo se sont quelque peu estompées et ont laissé la place à une certaine sérénité qui permet à présent de dresser le portrait de cet homme exceptionnel qui a marqué son époque. Professeur émérite de mathématiques à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, Dr Boubacar Doumba Diallo est décédé le dimanche 22 novembre 2020 à 23h15 à la Polyclinique internationale sainte Anne-Marie de Cocody à Abidjan en Côte d’Ivoire, à l’âge de 79 ans. Musulman pratiquant, il a été inhumé le mercredi suivant au grand cimetière de Williamsville au nord de la capitale ivoirienne. Cet esprit brillantissime

Guinée : le 15 décembre 2020 ou l’investiture de l’indécence politique

Ce troisième mandat illégitime de M. Alpha Condé doit nous faire peur, car c’est déjà sur un ton menaçant et bagarreur que le conquérant du troisième mandat présente sa nouvelle stratégie de gouvernance. On peut s’inquiéter du fait que l’indifférence aux injustices et aux crimes commis par les Forces de Défense et de Sécurité entraine un profond ressentiment dont les conséquences seraient d'exacerber l’ethnocentrisme et la haine. Les violences actuelles nous montrent que s’éterniser au pouvoir au prix du sang de son propre peuple et au mépris des principes démocratiques n’est pas digne de la fonction présidentielle. Maintenir

Guinée Conakry: Macron se paie la tête de Gobykhamé !

Afakoudou! il y en a qui marchent sur la tête au palais Gokhi Fokhè où trône Goby Condé, le chauffard de la guimbarde nationale. Le 20 novembre dernier, le président Emmanuel Macron a rondement déclaré : “J’ai eu plusieurs fois des discussions avec le président Alpha Condé, des discussions très franches, y compris le 15 août 2019, quand il était en France. Le président Alpha Condé a une carrière d’opposant qui aurait justifié qu’il organise de lui-même une bonne alternance. Et d’évidence, il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement

Clap de fin pour une démocratie apaisée – et pour ma chronique mensuelle

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 3631e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » - déjà 09 ans, 11 mois et 10 jours ! Aladji-Professeur-Président Alpha Condé (PPAC) voici mes dernières suggestions SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) du mois pour améliorer un peu votre tout nouveau – tout beau « Gouverner Autrement » : votre Majesté, grâce à vos deux décrets lamentablement lus par les présidents de votre CENI et de votre Cour constitutionnelle, vous êtes devenu le 07 Novembre « Empereur PPAC III », à

Silence , on vole et on ment!

L’on a souvent entendu dire que quiconque ment, vole ou vice versa. De ce fait, sous nos cieux en Guinée , les deux sont devenus coutumes. Ils sont couronnés par les assassinats. C’est encré dans le registre de nos gouvernants. Il sera très difficile pour les citoyens honnêtes de ce pays d’aider ceux qui sont habitués à ces comportements délictueux et criminels à s’en défaire. La tâche sera aussi rude qu’elle pourrait facilement être inscrite dans l’ordre du mythe de Sisyphe. Camus ressuscité. Le pays est rendu à un certain niveau de rabaissement que pour le faire sortir de ce trou, il

Retour sur une semaine de grand danger…

Selon Alpha Condé « on ne change pas une routine qui gagne » Il n’y a que ceux qui profitent du système, qui étaient certains de la victoire proclamée de leur champion. En Novembre 2010, certains membres de l’alliance Arc en ciel – dont je faisais partie comme membre du Fudec de François Louncény Fall1 - avaient reçu les résultats des élections du deuxième tour, 3 jours avant leur publication officielle par la CENI. À l’époque à part l’UFDG et ses alliés, tout le monde n’en avait cure. Certains avaient pourtant constaté des résultats improbables, mais la terre a continué de

Actualité générale

Vidéo à la Une