Guinee

Abdoulaye Sow, menace : « Tout le monde sera en grève… »

Le secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) se dit choqué de l’allure du dossier judiciaire des dix enseignants au tribunal de première instance de Mafanco. Abdoulaye Sow et Cie, menacent de généralisé la grève.

Le vendredi dernier au tribunal de première instance de Mafanco, le procès des 10 enseignants, a été renvoyé une nouvelle fois le mardi 21 janvier. Dans son réquisitoire, le procureur de la République a demandé la condamnation de 7 enseignants à 8 mois de prison, accompagné d’une amande de 500 mille GNF chacun et l’acquittement des trois autres.

Au sortir du procès, Abdoulaye Sow, secrétaire Général de l’Union Syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), dénonce une parodie de justice. « J’ai honte aujourd’hui pour mon pays. Parce qu’on est en train d’humilier la justice. C’est du théâtre ce que nous avons vu. Rien n’a été démontré. On n’a eu aucune preuve. La revendication des enseignants c’est pour améliorer uniquement leurs conditions de vie. Ce n’est pas des politiciens. L’éducation est le socle du développement économique et social de notre pays. Donc chaque citoyen Guinéen devrait prendre conscience de l’injustice qui est en train d’opérer aujourd’hui vis à vis des enseignants. On est outré et choqué. Quand l’opinion internationale va apprendre ça, c’est une honte pour moi, pour mon pays. Parce que les gens n’ont rien fait », a-t-il réagi.

Le premier responsable de l’USTG invite toutes les autres composantes affiliées à sa structure de sortir de l’impasse et sauver l’école guinéenne: « La place de l’enseignant n’est pas en prison, c’est en classe. Je demande toutes les composantes de l’USTG, la FESABAG, la FESATEL, les transports de se mobiliser pour qu’à partir du mardi on fera une déclaration. Tout le monde sera en grève à cause des enseignants. Pour nos enfants et pour la réclamation des enseignants, nous n’acceptons que les enseignants soient en prison. Demain c’est nous qu’ils vont arrêter. Les travailleurs mobilisons-nous, sortons les travailleurs, les enseignants en prison. C’est la grève à partir du mardi », a-t-il lancé.
Amadou Tidiane  Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *