Guinee

Aboubacar Titi Camara règle ses comptes à Bantama Sow : « Ce n’est pas un simple démagogue qui viendra diviser la famille du football »

ALe geste du président de la République Alpha Condé à l’endroit des anciennes gloires qui se sont donnés pour la nation guinéenne comme les artistes et footballeurs a été accueilli comme une bouffée d’air aux ayants droit. Sauf que le partage de cette manne divise certains de ces anciennes gloires et le ministère du Sport. Alors que Bantama Sow ministre du Sport vantait les joueurs de Afia 77 en blâmant les coéquipiers de Titi Camara, ce dernier Aboubacar Titi Camara ne laisse pas à demain pour réagir aux propos de Bantama ce vendredi 5 juin dans les GG d’Espace FM.

D’entrée en matière, l’ancien capitaine du Syli national Aboubacar Titi Camara magnifie le geste d’Alpha Condé avant de rappeler qu’à chaque époque correspond à une génération et qu’il n’appartient pas à « un démagogue » de diviser la famille footballistique.

« Je pense que les gens doivent faire très attention surtout j’ai écouté le département des sports avec beaucoup d’intérêt et étonnement. Je me suis senti offensé. Je remercie le président de la République qui a eu l’initiative de penser aux anciennes gloires. Je ne prends pas la parole à mon nom personnel, je pense que c’est une cause commune, au nom du groupe ou d’une génération. En principe, chaque époque correspond à une génération,… et le football n’en fait pas l’exception. A l’instar des pionniers de l’indépendance, la célèbre Afia football club nous sommes tous unanime là-dessus, ce n’est pas un simple démagogue qui viendra diviser la famille du football. Je dis un simple démagogue qui est parachuté », ajoute-t-il.

Le respect au droit de naisse, est le sentiment défendu par l’ancien joueur du Syli dans son adresse à l’endroit de Sanoussy Bantama Sow. Pour l’ancien brassard du Syli national il n’est pas question pour lui de se comparer à Cherif Souleymane.

« Nous avons beaucoup de respect pour nos ainés. Moi je ne chercherai jamais à me comparer à Elhadji Cherif Souleymane qui a été ballon d’or en 1972, qui a représenté la Guinée dignement, qui a représenté l’Afrique et le monde entier footballistiquement. Il a été mon sélectionneur et il est de même génération que ma maman. Je ne peux pas me permettre de se comparer à Elhadji Chérif Souleymane. Quand un imposteur parle, il y a des ministres qu’on ne peut pas les comparer. Mama Tounkara qui était là en 1977 qui a remporté la coupe avec le Afia, Toumany Sangaré paix à son âme. Ce monsieur-là peut se comparer à eux si ce n’est pas un imposteur ? Qu’on arrête ! ».

Titi Camara attire l’attention de son détracteur que le football guinéen ne se résume pas au Afia 77, il y a eu des pionniers qui se sont battus aussi défend-t-il en construisant l’image de sa génération footballistique.

« Ce n’est pas que ça qui me fait mais quand vous prenez l’ensemble d’une génération, je vous ai dit avant et je vais le répéter aussi, le football guinéen ne se résume pas au Afia 77. Nous savons tous qu’ils ont représenté le pays là et pour l’Afrique. Mais il y a eu des pionniers qui se sont battus aussi, il y a eu notre génération, il y a eu la génération de Damas qui a gagné la coupe de CAF en 78 avec le Horoya. Il y a eu notre génération qui, de 1985-2004 je pense que nous avons honoré ce pays avec des bravoures et honneurs.

Pendant 18 ans il y a certains qui ont joué pendant 20 ans dans l’équipe nationale.

Nous avons représenté la Guinée, on a été des modèles si certains ne veulent pas le comprendre… ».

Ne pensez-vous pas qu’à l’avenir il n’est pas exclu que votre génération va bénéficier ces montants alloués aux anciens gloires ? L’ancien ministre des Sports et ancien capitaine de l’équipe nationale (Syli national) de Guinée répond à ces termes.

« Quand ils ont fait la demande d’inscrire ces anciens footballeurs à la fonction publique, j’ai trouvé que ce n’était pas nécessaire que je me trouve sur cette liste parce que je me dis, le peu que j’ai pu gagner pendant ma carrière, j’ai épargné et ça me suffit largement. J’ai cédé ma place pour d’autres joueurs et d’autres anciens joueurs qui sont dans le besoin. Aujourd’hui on ne peut pas comprendre quand certains disent que notre génération ou-bien que je ne fais pas parti d’une gloire. D’accord, ça ce sont ses mots. Mais je suis vraiment désolé quand je parle de moi-même mais il le faut pour que ces gens-là sachent qui a fait quoi dans ce pays-là. Quand j’ai renoncé à l’équipe nationale de la France parce que je voudrais défendre les couleurs de la patrie…parce que je tenais à honorer le drapeau de la Guinée.

Qui a été le premier joueur en Guinée à jouer en France (Saint-Étienne, Marseille) à Liverpool, à jouer une finale de l’UEFA ? Même si on n’a perdu avec Marthin, mais par respect si ces gens-là veulent honorer notre passage au sein de l’équipe nationale mais de grâce qu’ils trouvent des mots qu’ils peuvent dire devant le public. Nous ne  pouvons pas accepter que des imposteurs venir salir tout ce qu’on a fait », martèle-t-il.

Aboubacar Titi Camara dit n’attendre rien de Bantama Sow sinon que de présenter des excuses publiques : « J’attends rien de lui. Lui et moi on se connaît. Quand vous voyez tout l’ajustement derrière ce qui se passe là, je sais qu’il a une haine viscérale envers ma personne. Ils doivent faire des excuses publiques, c’est ça que nous attendons d’eux. Vous pensez que ces imposteurs comme ça qui vont salure tout ce qu’on a fait, NON, on ne sera pas d’accord ! ».

Moussa Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *