Guinee

Alpha Candidat à la présidentielle : La hache de guerre déterrée !


Il n’y a plus de place pour « la suspicion ». Lundi 31 aout dernier, dans un communiqué lu à la Télévision nationale par Sékouba Savané, DG de la RTG, le RPG/AEC (parti au pouvoir) et la Coalition démocratique pour le changement dans la continuité (CODECC), annoncent « avec plaisir que le Pr. Alpha Condé sera bel et bien notre candidat à l’élection présidentielle prévue le 18 octobre 2020 ».
Cette déclaration de la mouvance présidentielle, qui était très attendue, vient mettre fin aux doutes, clarifie et entérine la division entre les deux tendances qui existaient déjà dans la Cité.
D’ailleurs, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) n’a pas pris assez de temps pour répondre, avec un communiqué, dans lequel, ils soulignent que cette candidature « anticonstitutionnelle » d’Alpha Condé à un troisième mandat est le résultat de l’échec lamentable de ses dix années de gouvernance qui pourrait sans doute « conduire la Guinée au chaos et à la désolation tels que voulus par le régime ».
C’est pourquoi, « le FNDC demande à l’ensemble de ses démembrements à l’intérieur et à l’étranger de se préparer à la reprise des manifestations suivant les dates et les modalités pratiques qui seront annoncées dans un court délai », lance les opposants.
Au moment où nous mettions sous presse, sans attendre une date, des jeunes ont entamé des manifestations sur la route Leprince, fief de l’opposition, surnommée l’axe de la démocratie par certains et l’axe du mal par d’autres.
La hache de guerre est déterrée. Au lendemain de l’annonce de la candidature du Professeur, des sages de différentes coordinations du pays se sont réunis à Tanéné, au domicile de Elhadj Sekhouna Soumah, Kountigui de la Basse côté, selon une source, pour faire une déclaration commune s’opposant à la candidature de l’actuel locataire de Sekhoutoureya. Mais une réunion qui n’ira pas à terme, qui sera vite empêché par des agents en uniformes à coups de gaz lacrymogènes. Et des larmes ont coulé.
Qui de la Coalition démocratique pour le changement dans la continuité (CODECC) ou du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), dans cette bataille aura le dernier mot ? La réponse à cette question ne va plus tarder.
Sadjo Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *