Guinee

Boké : La première pluie provoque un débordement…

La première pluie à Boké qui est tombée dans la nuit du dimanche à lundi a provoqué des dégâts. Les ordures de ménages ont déferlé sur la route nationale ainsi que sur certains axes principaux de la ville. Une situation qui préoccupe les citoyens pendant cette période de crise sanitaire dû au Coronavirus.

Après cinq mois de la saison sèche, la commune de Boké à l’image de certaines villes du pays ont connu sa première pluie dans la nuit du dimanche à lundi. Conséquence, plusieurs familles se sont réveillées avec des tas d’ordures devant leurs concessions comme le témoigne Oumou Hawa, résident à Tamakené à 5 km de Boké ville.

« Le matin nous avons trouvés les ordures devant nos maisons. Et pourtant ça ne vient pas chez nous. Que l’État nous vienne en aide parce que si la pluie continue avec une telle allure nous risquons de nous réveiller avec les ordures à la maison. C’est vraiment difficile de se lever et trouver dans ta maison des ordures », a-t-elle souligné.

Hadja Fatoumata Chérif Haidara, quant à elle accuse certains habitants de la périphérie. « Ce sont les familles de cette colline qui nous fatigue. Cette situation des ordures préoccupe à plus d’un. Et nous sommes dans une période de maladie. Nous avons des enfants parmi nous. Que chacun arrive à gérer ses ordures pour éviter d’inonder chez les autres. Et en plus, il faut dire que ça, c’est un péché. En tout cas moi je ferai tous les moyens possibles pour éviter des problèmes avec mes voisins », martèle Hadja Fatoumata Chérif Haidara.

Le chef de quartier de Ngougnawadé2 dit avoir fait le curage des caniveaux pour éviter le déferlement des ordures de ménages sur les routes de son quartier. Malgré cette initiative, rappelle-t-il, les efforts sont restés vaines dès la tombée de cette première pluie.  « Depuis la semaine surpassée, on a pris une initiative de faire les curage des caniveaux. Mais on ne s’attendait pas à ça. Parce que même hier dimanche tous les jeunes du quartier étaient ensemble avec moi en allant vers la colline pour curer les caniveaux. Hier nuit, la pluie est venue. La réalité est sur le terrain aujourd’hui», regrette Keita Lanasana, tout en lançant un message aux autorités communales.

« On est touché par rapport à ce qui s’est passé là. Mais ce n’est pas de notre faute. Dans le quartier, nous n’avons pas les moyens. La commune et les jeunes du quartier doivent convenir de curer les caniveaux et assainir les lieux publics pour qu’un tel cas ne se répète plus ».

Au-delà des PME travaillant dans le cadre d’assainissement dans les quartiers de la commune urbaine de Boké, chaque citoyen doit jouer sa partition pour la propreté de son environnement afin d’éviter des maladies de tout genre.

Amadou Tidiane Diallo

depuis Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *