Guinee

Candidature d’Alpha : Dr Ibrahima Sory (ADC-BOC) opposé à Mamadou Sylla et Cie


Dans une déclaration publiée ce mercredi 29 juillet, au siège de son parti à Kenien, Dr Ibrahima Sory Diallo, président d’ADC- BOC, a annoncé son opposition à la décision du groupe parlementaire « Alliance patriotique », qui rejette la candidature du président Alpha Condé à la présidentielle d’octobre prochain.
Le coordinateur du bloc de l’opposition constructive à l’Assemblée nationale, pense que cette décision n’a pas sa raison d’être, d’autant plus qu’il y a une nouvelle Constitution qui autorise la candidature du président sortant.
« (…). Je suis au regret aujourd’hui d’apprendre cette déclaration de mes collègues députés car on eu à mettre en place une mission d’information lors d’une réunion du bureau de l’Assemblée nationale, d’aller vers la cour constitutionnelle, s’informer de la nouvelle Constitution qui a été promulguée avec les réponses claires et acceptées de tous les membres du bureau et il n’y a pas eu de réaction d’un groupe. Et aujourd’hui, les mêmes personnes se lèvent pour dire qu’elles s’opposent à un troisième mandat, je me demande quel troisième mandat ? Parce que pour moi, on n’a plus besoin de parler d’un troisième mandat, on parle d’une élection présidentielle qui s’organise avec une nouvelle Constitution. S’il est dit dans la nouvelle Constitution qu’un ancien président peut être candidat, cela ne donne pas le titre à M. Alpha Condé d’être candidat, mais c’est à son parti politique de prendre la décision, ce n’est pas à un autre parti politique de s’assoir et d’analyser. C’est pourquoi nous les membres du rassemblement républicain, ne sommes pas d’accord. À ma qualité de coordinateur de ce bloc, je ne peux pas partager cette décision (…)», a fait remarquer Dr Ibrahima Sory Diallo.
Mama Adama Sylla

One Reply to “Candidature d’Alpha : Dr Ibrahima Sory (ADC-BOC) opposé à Mamadou Sylla et Cie

  1. Les propos de ce député visiblement grisé par sa servitude manifeste témoignent certes des ravages que la gouvernance catastrophique du mystificateur Alifa Koné (MAK) a causés à la Nation guinéenne sur tous les plans imaginables. Mais ils montrent également à quel point les incorrigibles faiblesses et carences de leadership caractérisées du chef de file de l’opposition au pouvoir RPGiste (CELLOU, ndlr) auront surtout suscité de potentielles nouvelles tensions sociopolitiques intracommunautaires, même là où on ne s’y attendait pas forcément.

    « Je ne suis pas fait pour la politique puisque je suis incapable de vouloir ou d’accepter la mort de l’adversaire. » (Albert Camus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *