Guinee

Couplage Législatives/Référendum

Couplage Législatives/Référendum : « Si le gouvernement est engagé à défier le peuple de Guinée dans sa dignité…», menace Sékou Koundouno

Au lendemain du décret repoussant les élections législatives au 1er mars 2020, le gouvernement revient avec un autre décret couplant le referendum concernant le projet de nouvelle constitution aux élections législatives. À l’annonce de cette décision diffusée dans les medias d’Etat, le chargé de la stratégie du FNDC Sekou Koundouno  a dans l’émission ‘’les grandes gueules’’ de la radio espace FM, fait savoir que ce couplage est sans surprise au FNDC, car selon lui ils étaient informés de ce couplage dix jours avant.

« Sans surprise, le FNDC a ses militants à Sekoutoureya et à la primature. Il y a de cela dix jours, nous étions déjà informé du décalage des législatives afin qu’elles puissent être couplé au scrutin référendaire illégal et illégitime dans le seul but de permettre au prince de mourir aux affaires et de permettre à son clan de protéger leur salle intérêt. Donc c’était un non-événement au niveau du FNDC, nous continuons d’observer la trêve afin d’accorder tout le respect dû au rang de nos religieux (musulmans et chrétiens) qui prendra fin dans la soirée du jeudi 06 février 2020. Le FNDC en tirera toutes conséquences », indique d’entrée Sékou Koundouno.

Le chargé de stratégie rappelle que lors de la rencontre avec les chefs religieux, il a été notifié à ces derniers qu’un report des élections législatives était cours et que cela n’avait rien à voir avec leur démarche dans le but d’amener les parties autour de la table des négociations.

« Quand nous avons rencontré les chefs religieux la semaine passée, nous leur avons fait savoir qu’un report est en perspective qui n’a rien à voir avec la démarche qu’ils mènent. Ce report est dû aux contraintes techniques et opérationnelles au niveau de la commission en charge d’organisation des élections. Pour nous, il n’y a pas eu report, il y a eu seul un décalage pour faciliter l’acheminement du matériel référendaire illégal et illégitime. Nous attendons nos chefs religieux jusqu’à demain et après cette trêve, nous déploierons toutes l’artillerie nécessaires conformément à la constitution guinéenne et aux traités et conventions afin d’empêcher la tenue de ce scrutin ».

Parlant des stratégies du FNDC, Sékou Koundouno précise que de nouvelles mesures sont en train d’être élaborées afin de faire fléchir les positions du pouvoir.

« Dans la stratégie globale d’intervention d’empêcher ce putsch constitutionnel, le FNDC ira au-delà de la résistance citoyenne active. Sur la table du comité de pilotage, le coordinateur national y compris les membres sont en train d’examiner toutes les dernières stratégies constitutionnelles. Si le gouvernement est engagé à défier le peuple de Guinée dans sa dignité et dans son honneur, le peuple de Guinée conformément à la quête de sa souveraineté perpétuelle, s’engagera conformément à la constitution pour défendre son honneur et sa dignité », prévient cet activiste de la société civile.

« Malgré que cette trêve ne profitait pas à la stratégie globale du FNDC, nous avons essayé de sursoir à toutes nos activités pour permettre au pays de connaître la stabilité. Donc à notre niveau, pas de débat en la matière, fini les discours et communiquer et place aux actions constitutionnelles afin d’instaurer la dignité du souverain peuple de Guinée », a-t-il ajouté.

Synthèse de Moussa Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *