Entretien

Espionnage et tueries à N’zérékoré : « L’Ilimo est encore présent en région forestière », alerte Dr Faya

Espionnage et tueries à N’zérékoré : « L’Ilimo est encore présent en région forestière », alerte Dr Faya

Quatre jours après le double scrutin législatif et référendaire du 22 mars dernier, les violences se sont multipliées dans certaines villes du pays, dont N’zérékoré qui a payé le plus lourd tribu. Pour le président du Bloc Libéral BL, ces violences survenues dans la ville forestière ne datent pas d’aujourd’hui et qu’il faut remonter jusqu’aux années 1990 pour les connaître. Il l’a fait savoir dans l’émission ‘’les GG’’ de la radio espace FM, le jeudi 26 mars 2020.

En première ligne de cette intervention, Faya Milimouno revient sur les processus qui ont permis l’arrestation de l’espionne qui se dit être mandaté par le commissaire Fabou pour venir suivre la rencontre des membres du FNDC au siège du PADES le mercredi 25 mars, qui, il faut le rappeler, ont conduit à l’arrestation de certains jeunes membres de ladite plateforme de la société civile.

« C’est un groupe de terroristes parce qu’on est en train de vivre un état de terreur parce qu’on vient pour arrêter des citoyens qui ne sont pas délinquants et viennent à visage découvert avec un document provenant d’un procureur. Mais lorsqu’on est cagoulé surtout qu’il y a beaucoup de disparition de Guinéens aujourd’hui dont on ne connait la destination, les gens sont torturés, on parle de Soronkoni, ce sont des terroristes. Ils sont venus arrêter huit personnes. Tout cela dénote que nous sommes en train de défendre trop bas », souligne-t-il.

Toujours décrivant la situation dans laquelle l’espionne a été arrêtée, Faya précise qu’il n’est pas au courant sur les informations disant que cette dame détenait un carnet comportant les noms des membres du FNDC et de certains jeunes qui avaient perdu la vie pendant les manifestations contre une nouvelle constitution.

« Je ne peux pas confirmer cette information. On nous a parlé de carnet qu’elle détenait dans lequel il y avait des noms des jeunes connus être membres du FNDC. Ce sont des enquêtes qui pourraient nous amener à établir cela parce que personnellement je n’ai pas vu la dame en question, nous étions au bureau de Dr Kaba lorsqu’on nous a donné l’information. Il y a effectivement des enquêtes sérieuses qui doivent être faites parce qu’il y a des crimes odieux, c’est comme si on a établi une liste des personnes qui sont en train d’être arrêté dans le calme olympien qu’on est en train d’exécuter. C’est directement Alpha Condé et son groupe d’extrémistes autour de lui qui sont responsables de cela. Des sanctions dont on parle doivent commencer à tomber, des Fabou (commissaire de la DCPJ, ndlr) qui sont des criminels. Quand ils sont en train de faire la diversion parce qu’on est en train de commettre de massacre à N’zérekoré, on sort ça à Conakry pour encore une fois ramener l’attention à Conakry alors que ce qui est en train de se faire à N’zérékoré c’est des dizaines qu’on a déjà enterré dans les fosses communes », fulmine le leader du BL.

Au lendemain des élections, d’importantes armes, ont été saisies par les hommes du commissaire Fabou. Suite à cela, certaines allégations font croire que le FNDC est armé. Sur ce, le président du BL pense qu’il faut partir sur des enquêtes professionnelles et non manipuler pour ressortir la vérité.

« Je pense que si un travail professionnel est fait hors de toute manipulation, on peut aller en profondeur pour savoir si oui tout cela est vrai. Nous, nous avons vécu dans ce pays, nous sommes en train de nous battre aujourd’hui pour assainir tout cela. Lorsqu’Alpha Condé était dans l’opposition, on l’avait aussi accusé d’avoir amené des armes. Cette manipulation est d’actualité aujourd’hui et le chef d’orchestre malheureusement est Alpha lui-même. Je crois que si on veut faire un travail professionnel pour quelqu’un comme Fabou, je ne sens pas de quelle école il est sorti, quelle compétence il a. Je crois qu’on ne mélange la politique à un travail professionnel d’enquête pour effectivement prévenir les violences. Il n’y a pas ce qu’on n’a pas dit du FNDC. Il n’y a pas encore une piste pour sortir, on arrête les gens, on les torture, certains disparaissent. C’est pour cette raison qu’une commission d’enquête internationale soit intervenue dans ce cas pour nous mettre hors d’état de nuire et de manière définitive tous ceux qui sont en train d’exercer cette violence sur les Guinéens », a-t-il indiqué.

Quant aux violences éclatées à N’zérékoré au soir des élections contestées par l’opposition, Faya Milimouno attire l’attention sur la présence des Ilimo, un groupe rebelle et à cela s’ajoute des milices en région forestière.

« Il y a beaucoup de choses qui peuvent expliquer. Il y a eu des événements de 1992, mais je crois que les plaies ont été pansées. Il y a eu un effort colossal qui a été fait dans ce sens sauf qu’il y a des réalités sur lesquelles on ferme les yeux, l’Ilimo est encore présent en région forestière pas de fait d’illusion. L’Ilimo c’est ce groupe rebelle allié au président libérien Samuel Doe et qui a utilisé la Guinée comme base-arrière avec la complicité des autorités guinéennes. A l’époque on dénonçait la pratique Ilimo sur le terrain en région forestière et avait couté la vie à certains jeunes cadres forestiers dont le professeur Onivogui ont été abattu à Cosa ici et dont les corps ont été gardés pendant huit ans. C’est en 2008 qu’on a fait semblant de les enterrer. L’Ilimo est encore présent en zone forestière », a-t-il déclaré.

Poursuivant, le numéro 1 du Bloc libéral estime que l’église a été victime de son positionnement sur l’affaire de troisième mandat et de la nouvelle constitution.

« S’ajoute à l’Ilimo le phénomène de milices parce que nous sommes tous Guinéens, nous connaissons le rôle des chasseurs. Ils n’ont aucun rôle officiel dans l’appareil d’État dans notre pays. Mais aujourd’hui avec Alpha Condé et les extrémistes qui sont autour de lui, les chasseurs ont un rôle officiel. Vous avez des images des chasseurs qui gardaient des bureaux de vote à N’zérékoré. A N’zérékoré se trouve tout une salade d’extrémistes aujourd’hui qui s’étaient même donné rendez-vous le soir du 22 mars. L’église a payé les frais pour s’être exprimé sur ce coup d’État constitutionnel. Les leaders religieux avaient pourtant appelé les autorités sécuritaires personne n’a répondu, pourquoi c’était préparé. L’église a eu tort en tout cas, cinq église ont été brûlées à N’zérékoré. Ce pays-là est béni de beaucoup de choses, les hommes et les femmes qui vivent en Guinée sont tolérants, la pratique religieuse est très tolérante. Il ne faut pas mêler la religion à cela. Alpha Condé a toujours utilisé la religion ou autre pour diviser les Guinéens. En forêt Alpha est coupable de plusieurs crimes comme le cas de Zogota qui est déjà devant la cour de justice de la CEDEAO », rappelle l’opposant.

Des informations non-officielles fait état de l’existence d’une fosse commune à N’Zérékoré. Pour Faya, une commission d’enquête internationale est nécessaire pour faire surgir la vérité.

« Si, il n’y avait pas quelque chose à cacher, lorsqu’il y a un tel drame comme ce qui se joue à N’zérékoré aujourd’hui, quelqu’un qui a son parent tué a le droit de venir à la morgue pour identifier le corps. On devait donc mettre un nom sur tous les corps. Mais si l’État a choisi nuitamment de prendre ces corps et les enterrer, on les a même circuler sur les réseaux sociaux un endroit qui ressemble à une fosse commune. Je crois qu’il est essentiel aujourd’hui qu’une commission d’enquête internationale intervient sur le terrain parce qu’il y a beaucoup de crime qu’on est en train de commettre. Une dernière information que j’ai reçu et ça c’est un certain Tiègboro qui avait été cité dans l’affaire du 28 septembre 2009 qui est aujourd’hui patron à N’zérékoré, tous ceux qui ont des amulettes sur les corps on dit de les tuer. A N’zérékoré, des crimes odieux sont en train d’être commis, le pouvoir d’Alpha Condé est en train de cacher à la face du monde. C’est à la communauté internationale d’aider la Guinée à établir la vérité car les gens ont été enterrés nuitamment sans que les corps ne soient donné à leurs parents », a-t-il fait savoir.

Synthèse de Moussa Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *