Entretien

Gouvernance Alpha Condé : les craintes de Cellou Dalein

Moins de 72h après la conférence de presse du Chef de l’État, le Chef de file de l’opposition était devant la presse le mardi dernier à son QG d’Hamdallaye CBG, pour donner son avis sur l’actualité nationale, notamment la mort de son garde rapproché et cette éventualité d’un troisième mandat pour le président Condé. Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) n’est pas allé de main morte pour dénoncer le gouvernement, qui selon lui serait responsable de la mort de son garde, dans des conditions déplorables. Il a mis l’occasion à profit pour adresser une mise en garde au chef de l’État, contre toute velléité tendant à tripatouiller la constitution.

S’exprimant sur l’éventualité d’une modification de la constitution, afin de permettre à Alpha Condé de briguer un troisième mandat, Cellou Dalein Diallo met en garde le pouvoir, contre de telles velléités.

« Il y a trois semaines ou deux M. Alpha Condé disait qu’il ne tripatouillerait pas la constitution. Maintenant il dit que ce n’est pas la constitution, c’est le peuple. Il commence à glisser. Je crains que ça ne donne lieu à une nouvelle transition.

Je pense que les Guinéens ne veulent pas du tout que leur constitution soit modifiée. Il y aura un choix à faire avec les conséquences. J’espère que Alpha en définitif fera le bon choix pour la démocratie et pour lui-même », a estimé le président de l’UFDG.

Lors de cette conférence de presse, Cellou Dalein Diallo s’est insurgé contre les autorités judiciaires pour la mort de son garde, dont l’inhumation est prévue pour ce jeudi à 14h au cimetière de Bambeto.

Avant de revenir sur les circonstances de la mort de Mamadou Saidou Bah. Pour lui, ce dernier pouvait être sauvé s’il avait reçu des soins au moment opportun.

« Cette mort aurait pu être évitée, si la requête des avocats avaient connu une suite favorable. Il est important de rappeler lorsqu’ils ont été traduits devant le juge, le procureur avait demandé leur liberté provisoire. Le juge a demandé de pouvoir les entendre avant d’examiner cette requête du procureur de la république. Après avoir écouté les gens, le juge n’a pas cru devoir accéder à cette requête du procureur. Les avocats sont revenus à la charge pour introduire une nouvelle requête pour demander la mise en liberté provisoire des 20 personnes. Le juge a demandé au procureur qui, cette fois-ci donne un avis négatif. Lorsque les avocats sont venus constater l’état de santé de Mamadou Saidou Bah et d’autres détenus, ils ont introduit une requête de mise en liberté provisoire. Pendant 9 jours il n’y a pas eu de suite. C’est lorsqu’ils ont senti que sa santé était suffisamment détériorée au point qu’il n’avait pratiquement aucune chance de le sauver, au neuvième jour une ordonnance d’hospitalisation a été prise et donc la justice a décidé de les faire hospitaliser. C’est ainsi qu’ils se sont retrouvés à l’hôpital Ignace Deen, accompagnés de gardes pénitenciers qui sont toujours là. Je tiens à dire qu’il est mort en détention », a déclaré Cellou Dalein. Parlant de la sortie médiatique du président de la République sur ce sujet, le président de l’UFDG a déploré le comportement d’Alpha Condé.

« J’ai écouté Monsieur le président de la République qui n’avait pas d’émotion. Au contraire, il était en train de rire lorsqu’il traitait cette question, en disant de toute façon il n’est pas mort en prison. C’est vraiment triste, c’est grave pour la République », a déploré Cellou Dalein Diallo. Il a dans la même foulée accusé les autorités judiciaires d’être responsables de la mort de son garde rapproché.

« Les autorités judiciaires sont responsables de la mort de M. Mamadou Saidou Bah. Ils ont refusé de l’assister, de lui donner le traitement approprié au moment où il fallait. Nous rendons monsieur le ministre de la Justice et messieurs les juges responsables de la mort de notre militant », a accusé Dalein, qui a annoncé que l’UFDG n’entend pas baisser les bras, dans cette affaire.

« Nos avocats vont continuer à demander la liberté provisoire pour tous les autres, mais surtout pour ceux qui sont malades, pour qu’ils puissent bénéficier des soins appropriés », a souligné le chef de file de l’opposition.

Il faut signaler que tous les députés du groupe parlementaire des «libéraux démocrates» devaient se rendre le mercredi au ministère de la Justice pour des explications autour du décès de ce garde rapproché de Dalein, et profiter de l’occasion pour exprimer leur indignation.

Amadou Sadjo Diallo
L’indépendant, partenaire de GuineeActu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *