Guinee

Guinée : Reprise des manifestations du FNDC

Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), a repris ses manifestations le lundi 06 janvier, à Conakry ainsi que dans quelques endroits de l’intérieur du pays pour protester contre le projet de changement constitutionnel envisagé par le Pr Alpha Condé. Cette marche considérée comme ‘’dernier ultimatum’’ des manifestations pacifiques par les responsables du front, a été mis à profit pour dénoncer le régime Condé.

A l’esplanade du 28 septembre, point de chute de la marche, le chef de file de l’opposition, se félicitant de la mobilisation, a énuméré trois raisons selon lui qui feront que le peuple de Guinée va refuser le projet de nouvelle constitution : « La première, parce que c’est illégale ; la deuxième c’est contraire à la  démocratie et la troisième est que M. Alpha Condé ne mérite plus un mandat au pouvoir », explique Cellou Dalein Diallo.

« Si la Haute cour de justice était en place, il aurait été envoyé pour  parjure», ajoute le leader de l’UFDG, qui dans son speech est revenu sur les échauffourées enregistrées à Kankan ce lundi.

« Aujourd’hui avant de partir à Kindia il a instruit les militants du RPG de Kankan de détruire le siège de l’UFDG et  de s’attaquer aux boutiques et magasins appartenant à des militants de l’UFDG. Certains n’appartenaient même pas à l’UFDG. Il a détruit le siège de l’UFR avant », accuse Cellou Dalein Diallo, tout en appelant à l’unité des guinéens. « Nous devons rester unis, refuser de tomber dans son tribalisme. Alpha Condé n’a pas un argument que le tribalisme de débat » a-t-il déclaré.

Pour sa part, le coordinateur du FNDC, Abdourahmane Sanoh, lui, insiste sur les prochaines manifestations du front.

 « Nous serons tués, emprisonnés. C’est en cela la caractéristique fondamentale de la dictature du Pr Alpha Condé. Et Nous devons résister pour lutter. Nous devons résister pour arrêter les pillages de notre économie et de nos ressources. Nous devons résister pour la justice de notre pays » a-t-il lancé.

Présent à cette marche, le président du Rassemblement des Guinéens pour Le Développement (RGD) promet d’user de tous les moins légaux pour empêcher le Pr Alpha Condé de changer la constitution et renoncer au troisième mandat.

« C’est un coup d’État civil, constitutionnel que nous rejetons d’avance. Nous avons rompue avec les coups d’État militaires, nous allons rompre avec les coups d’État civil. Ça ne marchera pas en Guinée. Le peuple de Guinée est mûr. Parce que l’alternance démocratique est la voie royale pour assoir la démocratie réelle», martèle Me Abdoul Kabele Camara.  Abordant dans le même sens, Ibrahima Keita, vice-président du Rassemblement des Forces Démocratique (RFD) insiste que le projet de nouvelle constitution, ne passera ni par la voie référendaire, ni par l’Assemblée nationale. «Parce qu’aujourd’hui c’est par les législatives qu’il (Alpha Condé, ndlr), tient coûte que coûte ce projet de troisième mandat. Alors qu’au niveau du FNDC, nous sommes alertés partout où il passera il enverra cette enveloppe pour obtenir une présidence à vie.

Nous allons l’empêcher  pour pouvoir obtenir ce qu’il veut. Aujourd’hui Alpha Condé est isolé non seulement par la communauté nationale et internationale, mais aussi par les institutions. Personne ne veut Alpha Condé au-delà de deux mandats reconnus par la Constitution guinéenne », rassure Ibrahima Keita.

Amadou Tidiane  Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *