Guinee

Justice : Six mois à un an de prison pour Abdouramane Sanoh et Cie

Le Tribunal de première instance de Dixinn, siégeant mardi à Conakry sur l’affaire des responsables du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) interpellés le 12 octobre dernier à la veille des troubles ayant secoué la Guinée, a prononcé contre les mis en cause des peines d’un an à six mois de prison.

C’est ainsi que Abdouramane Sanoh, coordinateur national du FNDC, a écopé d’un an de prison ferme là où Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Bill de Sam et Bailo Diallo, ont été condamnés à six mois de prison ferme.

Quant à Abdoulaye Oumou Sow, Mamadou Bobo Bah et Mamadou Sanoh, ils ont été relaxés.

Les responsables du FNDC dont leurs avocats ont promis de faire appel des peines prononcées étaient poursuivis pour « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public ».

Pour le président du Bloc Libéral, cette condamnation est une déception. « Mais dans le combat que nous menons, c’est l’objectif qui compte. Ça sera un motif suffisant de motivation des guinéens. Nous sommes dans une dictature et il faut se lever pour le combattre », déplore Dr Faya Millimouno.

Cependant, Souleymane Keita du RPG/AEC se confiant à nos confrères du site mosaiqueguinee.com estime que le processus de construction de la démocratie doit continuer. « Nous sommes dans un Etat de Droit. Nous avons besoin d’avoir une justice indépendante pour assurer le vivre-ensemble dans le respect des droits des uns et des autres. Donc, il est important que la justice fasse son travail. Nous constatons et nous prenons acte de cette décision», a-t-il indiqué.

Sadjo Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *