Guinee

LA GUINÉE NE SORTIRA DE L’ORNIÈRE QUE LORSQUE NOUS PARLERONS D’UNE VOIX UNIFICATRICE

Le honteux mépris du reste du monde à l’égard des peuples opprimés d’Afrique devrait amener les Guinéens à faire une prise de conscience collective. L’émotion provoquée à travers le monde en hommage à George Floyd est sans précédent. Ce qui donne au défunt le sentiment post mortem d’appartenir à la communauté mondiale dont le fonctionnement est régi par un système de valeurs universelles.
À contrario, en Guinée lorsque les lois de la République sont violées et des centaines d’innocentes victimes issues d’une même communauté ethnique massacrées par des mercenaires de circonstance, il y a silence radio. Si à l’apparence les Guinéens se plaisent à rester aphasiques devant le « massacre » des valeurs comme si la vie des uns valait mieux que celle des autres, pourquoi la communauté mondiale s’indignerait-elle des actes de barbaries commis par l’État guinéen ?
En réalité, c’est le fatalisme démesuré et le déficit alarmant de solidarité entre Guinéens qui exacerbent les tendances machiavéliques de nos régimes. Dans un pays où chacun poursuit ses intérêts mesquins, la justice et le développement sont une proposition aberrante. Entre incompétence, népotisme, clientélisme, corruption et clanisme à outrance, ce régime excelle dans l’ignominie. In fine, c’est tout le peuple qui en pâtit au plus grand bonheur de l’élite oligarchique locale et ses amis.
Si nous étions unis devant le fonctionnement arbitraire de l’État, M. Alpha Condé aurait déjà débarrassé le plancher. L’armée, le pilier sur lequel repose son pouvoir, ne peut pas venir à bout d’un peuple uni, lassé de l’injustice. Une force de l’ordre républicaine doit normalement se mettre au service du peuple et se prémunir de tout acte qui viole la conscience ou bafoue les lois de la République.
La brutalité notoire d’un État guinéen voyou et la vulnérabilité qui touche plus de 80% de la population, devraient en principe constituer une force unificatrice. Mais hélas ! L’avalanche de citoyens sans conviction issus du sérail combinée au matérialisme démesuré de la société et au manque d’empathie d’un leadership religieux en connivence avec les imposteurs, contribue à laminer les fondements de la République au même titre que le pillage de nos ressources par les prédateurs extérieurs et intérieurs.
Ce régime de la honte est aux antipodes de toutes les valeurs qui font d’un pays un État de droit. À l’instar des mobilisations mondiales en hommage à George Floyd, apprendre au peuple de Guinée à parler d’une seule voix (la tête haute, avec dignité et honneur) pour se débarrasser des obstacles qui ruinent nos aspirations de développement, est d’une importance cruciale.
L’absence d’une coalition multiethnique cohérente et d’un appareil judiciaire suffisamment indépendant pour rétablir l’ordre constitutionnel, exige une prise du pouvoir par l’armée suivie d’une mobilisation populaire contre-carrant toute velléité de récupération par les éléments malveillants de notre société. Ce principe acquiert valeur de symbole sous l’effet des contradictions de notre système politique et des circonstances actuelles du pays.

Thierno Aliou Bah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *