Guinee

LETTRE OUVERTE AUX LEADERS DU FNDC ( ACTE II )

Cher-es Leaders du FNDC,

Un projet de constat à charge non daté a été récemment dressé par le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation pour se justifier sur les violences survenues lors du maléfique référendum du 22 mars 2020 organisé illégalement par le régime autocratique et sanguinaire d’Alpha Condé pour bâillonner notre jeune démocratie et confisquer le pouvoir ad vitam aeternam.

HONTEUX CONSTAT DRESSE PAR DES IDIOTS

Le honteux projet de constat, dressé à charge contre la FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution ), est intitulé :  » ACTES DE VIOLENCES DE L’OPPOSITION SUR L’ÉTENDUE DU TERRITOIRE NATIONAL : Opposition ou Terrorisme ? « . Ce lamentable amalgame entre une Opposition légalement constituée et les groupes terroristes, prône la négation du qualificatif sociopolitique du FNDC qui regroupe l’ensemble des opposants contre la falsification de la Constitution guinéenne de mai 2010. Le FNDC a recueilli le consensus de la majorité du peuple de Guinée et la Solidarité de toute la Communauté internationale pour contester la forme et le fond du référendum, à l’exception des deux derniers États Communistes au monde ( Russe & Chine ).

De mémoire, l’on se souviendra que le Général Bouréma Condé, auteur de ce torchon, est un militaire qui n’a jamais participé à l’édification d’une armée guinéenne moderne, efficace et républicaine. Bouréma Condé et ses camarades militaires n’ont jamais respecté leur institution qui a pour vocation de défendre les intérêts supérieurs et stratégiques de notre pays. Le premier intérêt supérieur qu’un pays doit défendre c’est sa Constitution. Celle-ci regroupe l’ensemble des lois fondamentales de la Nation. En Guinée comme ailleurs dans le monde, la Constitution est la loi suprême qui conditionne la vie de chaque peuple. Dès lors, nul n’a le droit d’importer et d’imposer une Constitution à un peuple souverain. Bouréma Condé est vautré depuis plusieurs décennies au sein de l’administration guinéenne, au détriment de l’armée et les administrateurs civils. Il occupe des postes qui ne relèvent pas de son domaine de compétences. Pour illustrer les tares de Bouréma Condé, nous citerons entre autres exemples, le  » Coup-KO  » institué lors des élections présidentielles de 2015 pour permettre à Alpha Condé d’écarter les risques du ballottage au second tour, qui aurait assuré sans ambiguïté une écrasante victoire à l’alliance de l’opposition républicaine. Rappelons aussi le scandale des élections Communales organisées après 9 ans de mandat présidentiel mais soldées par un cortège de violences politiques et de meurtres planifiés. Nul besoins de dénoncer les pratiques féodales portant notamment sur le prolongement illégal du mandat échu des députés par décret pour démontrer l’état de décadence des institutions et l’ensemble des acquis démocratiques en Guinée.

LA TRAGÉDIE RÉFÉRENDAIRE

Le projet de nouvelle Constitution imposé par Alpha Condé en Guinée est une tragédie nationale .Ces conséquences constituent un Crime contre l’humanité. Le référendum a engendré une violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux des citoyens guinéens. L’histoire retiendra que le peuple souverain de Guinée fut le seul au monde à être astreint à souscrire à un référendum illégalement établi et assorti de pogroms planifiés sur certaines Communautés Nationales :  » Charte de Londres ( art. 6, c ) « .
Pire encore, les citoyens guinéens n’ont pas été associés à la rédaction du projet et celui-ci n’a jamais été soumis à l’examen de l’Assembée nationale. Ledit projet n’a fait l’objet d’aucun débat citoyen en Guinée. Aujourd’hui, Bouréma Condé et sa clique veulent insinuer que le peuple de Guinée serait le coupable des horribles crimes générés par les violences politiques en Guinée et qu’Alpha Condé et son clan sont désormais des victimes de la Contestation populaire contre le fameux référendum du 22 mai 2020.

LA FELONIE DU GÉNÉRAL BOURÉMA CONDÉ

Le Général Bouréma Condé est un traître dressé contre la Démocratie et l’Etat de droit en Guinée. Il est toujours enclin à se montrer fourbe et déloyal envers le peuple pour parvenir à ses fins. Bouréma Condé est atteint du syndrome de Sisyphe guerrier. Hypocrite et opportuniste, il ne représentera jamais la Guinée et l’Afrique auprès des forces armées internationales onusiennes, telles la  » Minusma  » au Sahel pour contribuer à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territorial d’États amis et frontaliers de la Guinée qui sont sérieusement menacés de désintégration.

De Sékou Touré à Alpha Condé, en passant par Lansana conté, Moussa Didis Camara et Sekouba Konaté, Bouréma Condé a collaboré activement avec les régimes politiques successifs pour soutenir la dictature et l’autocratie en Guinée.

Général d’armée de pacotille, Bouréma Condé qui n’a jamais obtenu de récompenses militaires sur un champ de bataille en Afrique et dans le monde, collectionne une multitude de trophées sanglants sur les opposants civils qui luttent contre la dictature en Guinée.

Bourreau des Ba Mamadou, Alpha Condé, Bah Oury et les Jean-Marie Doré dans le régime politique de Lansana Conté hier, il devient le farouche pourfendeur des Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, d’Abdourahmane Sanoh et de tous les leaders du FNDC d’aujourd’hui. Qui seront ses prochaines victimes au sein de l’opposition qui sera constituée après le départ d’Alpha Condé au pouvoir en novembre 2020 ? Parviendra t- il à se dérober encore des corvées militaires pour réintégrer l’équipe du nouveau régime politique qui s’installera au pouvoir dans les semaines et les mois à venir ? L’avenir nous edifiera !

Déterminés à consolider l’Etat de droit et le développement économique et social dans notre pays, je demeure convaincu que l’éveil de la conscience collective de la Nation ainsi que la pugnacité du FNDC et la Solidarité de la Communauté internationale, parviendront, sans aucun doute, à faire basculer les barrières idéologues et administratives du régime politique autocratique d’Alpha Condé pour favoriser l’alternance politique en 2020 et le triomphe de la démocratie en Guinée.

Papa Attigou Bah
Président de l’union pour la Démocratie et le Progrès de la Guinée ( UDPG )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *