Guinee

Lutte contre le covid-19 : Le port des masques désormais obligatoire…

Dans un discours lu à la RTG le lundi 13 avril 2020, le président de la République le professeur Alpha Condé appel à l’union sacrée de toutes les composantes de la Guinée dans la lutte contre la pandémie du Covid-19. Parmi les mesures annoncées, dans cette déclaration, l’obligation du port des masques de protection à partir du 18 avril et dont les contrevenants seront soumis à des taxes disciplinaires allant jusqu’à 30.000 GNF.

En début d’intervention, le président de la République montre sa préoccupation face à l’augmentation rapide des cas confirmés à Conakry et la détection de nouveaux cas dans certaines préfectures de l’intérieur du pays. Face au non-respect des mesures prises antérieurement, Alpha Condé annonce des nouvelles mesures allant dans le sens de renforcement de l’État d’urgence avant que la situation ne dégénère.

« L’épidémie du covid-19 qui a touché énormément beaucoup de pays du monde depuis décembre dernier, a pris une allure inquiétante dans notre pays. Mon gouvernement a pris des mesures depuis les détections des premiers cas le 12 mars 2020. Il me revient de constater que certaines de ces mesures ne sont pas respectées. L’heure est au patriotisme national par tous, chacun de nous est responsable de l’application de ces mesures. Face à l’augmentation rapide du nombre de cas dans ces jours-ci à Conakry et aussi à la détection de nouveaux cas à l’intérieur de la Guinée dont Boké, Labé, Faranah et Télémélé, la prise de mesures additionnelles de renforcement de l’État d’urgence me semble impérieuse pour freiner la propagation du covid-19 avant que la situation ne soit débordante pour nous tous », indique-t-il d’entrée.

La prolongation de l’État d’urgence jusqu’au 15 mai renouvelable et la fermeture des écoles, des lieux de cultes et autres restent maintenue.

Parmi les nouvelles mesures annoncées, l’obligation du port de masques de protection.

« Mesdames et Messieurs, cette épidémie a envahi l’Afrique, l’OMS a prédit que pour les pays africains économiquement faibles en absence de mesures rigoureuses contre cette pandémie les conséquences seront désastreuses. C’est pour cela que je vous annonce les mesures additionnelles suivantes de renforcement de l’État d’urgence sanitaire jusqu’au 15 mai renouvelable, prolongation des dispositions antérieures particulièrement la fermeture des écoles, des frontières, des lieux de cultes, des bars, la limite des rassemblements comme les cérémonies de mariage, baptême et funérailles à moins de 20 personnes. Le couvre-feu de 21h à 5h pour ne citer que quelques-unes. Le transfert des corps entre les préfectures demeure interdit, pour les corps en provenance des pays étrangers une présentation d’un certificat médical attestant un test négatif au covid-19 est exigée et dans le cas contraire le transfert du corps sera interdit. L’enterrement digne et sécurisé de tous les corps testés positifs au covid-19 sera assuré par la Croix-Rouge guinéenne et le service de protection civile. Les sorties de Conakry restent à la limitation stricte du statut du demandeur par un test. La sortie de tout contact est interdite pendant 21 jours de suivi. Tout contrevenant recevra une sanction disciplinaire. Le port de masque communautaire ou bavette est maintenant obligatoire pour tout citoyen à partir du samedi 18 avril 2020. Tout contrevenant sera empêché de circuler et une taxe de désobéissance civile de 30.000 GNF sera imposée », prévient le président de la République.

Pour l’application desdites mesures de sécurité, Alpha Condé invite les entreprises à doter leurs travailleurs de masques, aux tailleurs de confectionner les masques pour permettre aux populations de se procurer à un prix n’excédant pas 2 500 GNF.

« J’invite toutes les entreprises du secteur public ou privé, tous les départements ministériels à prendre des dispositions pour fournir des masques à leurs travailleurs avant le 18 avril. Je demande aux forces de défense et de sécurité d’être les premiers à montrer l’exemple à la population lors des contrôles. J’invite le ministère de l’Action sociale et de la Promotion féminine, le ministère de la Défense nationale ainsi que tous les propriétaires de centre de couture à se mobiliser dans la fabrication de masques locaux. La vente de ces masques est fixée à un prix n’excédant pas 2 500 GNF afin que l’ensemble de la population guinéenne puisse en bénéficier. Ensuite le gouvernement prendra toutes les dispositions pour inciter la production locale des masques communautaires pour en obliger le port. J’invite toutes les entreprises, des sociétés, des personnes ressources, des associations de développement, la société civile et la diaspora guinéenne à s’impliquer dans le combat contre le covid-19 en fournissant des masques et des kits de lavage de mains aux communautés ainsi que dans les marchés afin de faciliter le respect des gestes de barrières ».

Face à l’urgence, le président de la République le professeur Alpha Condé lance un appel pressant à toutes les composantes de la nation à une union sacrée pour la lutte contre cette maladie et de mettre fin aux discours d’intoxications.

« Face à cette menace, je lance un appel à une union sacrée de toutes les composantes de notre société à savoir les organisations des jeunes, des femmes, des ressortissants, des leaders religieux, des partis politiques, de la société civile et de la diaspora. Le pays est en guerre contre le covid-19 et il revient à chacun de nous d’apporter sa contribution contre cette maladie avant qu’elle ne commence à endeuiller notre peuple. Levez-vous comme un seul homme contre ce virus en enterrant nos différences qui nous démolissent et en évitant des déclarations d’intox qui perturbent notre élan », dixit Alpha Condé.

Et d’ajouter : « Ne prenez en considération que des sources d’information provenant du gouvernement, de l’OMS et l’ANSS. Le gouvernement s’engage à vous donner toutes les informations sur cette maladie et clarifier vos questions et interrogations. Beaucoup de personnes pensent que cette maladie est une maladie des gens riches ou des blancs. Or, cette maladie peut toucher tout le monde. Nous voyons des gens qui jouent au ballon dans les quartiers cela est interdit. Il faut que tout le monde prenne au sérieux cette maladie car cette maladie ne tue pas pour preuve jusqu’à présent nous n’avons pas enregistré de morts. Il ne faut pas avoir peur d’aller faire des tests à Donka.

Si vous êtes positif, on vous soigne et au bout de quelques jours vous sortez guéri comme la plupart des gens qui sont sortis guéris. Alors prenons très au sérieux cette maladie et ne nous amusons pas avec », lance le chef de l’Etat.

Synthèse de

Moussa Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *