Guinee

Manifestation du 14 octobre : « Malgré les arrestations… les Guinéens se sont levés pour dire non au troisième mandat », dixit Cellou Dalein

Le chef de file de l’opposition guinéenne tire le bilan de la première journée de manifestation. Pour le challenger d’Alpha Condé, les populations ont suivi à la lettre non seulement dans les cinq communes de la capitale, mais aussi dans les villes de l’intérieur du pays.

« Aujourd’hui vous voyez Conakry on n’a jamais eu une paralysie aussi générale de la ville que cette fois-ci. Partout à l’intérieur du pays, à Boké, Kindia, Dubréka, Labé, Mamou, N’zérékoré, Siguri les gens ont manifesté leur opposition à ce projet de troisième mandat » martèle d’entrée Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a déploré des cas de violences survenues dans la journée du 14 octobre 2019, notamment les pertes en vies humaines et les cas de blessures graves enregistrés: « Malheureusement comme d’habitude les forces de l’ordre ont fait usage de leur arme à feu. Il y a une vingtaine de blessés par balle et plusieurs morts. A Mamou il y a 18 blessés par balles. Parce qu’à un moment donné, c’est la gendarmerie et la police qui assuraient le maintien d’ordre. Mais finalement ils ont sorti l’armée qui tire à balle réelles sur les citoyens » dénonce l’ancien Premier ministre.

Nonobstant cette « répression », le chef de l’opposition guinéenne ne compte fléchir. C’est pourquoi il invite les citoyens à poursuivre cette manifestation jusqu’à l’obtention de gain de cause. « Nous félicitons les citoyens. Nous les encourageons à continuer les manifestations, aujourd’hui, demain et après-demain jusqu’à ce que nous obtenons la satisfaction de nos revendications légitimes. C’est-à-dire, il faut qu’il ait une prise de position claire, ferme et irrévocable par Monsieur Alpha Condé de renoncer au troisième mandat. Il faut arrêter la mascarade électorale en cour, à l’occasion de ces législatives».

Pendant cette manifestation du 14 octobre, des membres du FNDC sont arrêtés et détenus par les autorités. Le chef de file de l’opposition guinéenne, dénonce « une violation » des droits, des libertés à l’endroit des gouvernants. « Nous le déplorons et nous le condamnons. Nous on est confiné. Il y a nos collègues qui sont arrêtés en détentions illégales, Abdouraymane Sanoh, Sékou Koundouno et d’autres. Et hier toute la nuit ils étaient en train de procéder à des arrestations de nos partisans qui sont opposés  à cette affaire de troisième mandat. A l’heure actuelle je ne sais pas combien de prisonnier qu’il y a parmi ceux qui sont opposés à ce projet de troisième mandat. Puisque toute la nuit ils étaient en train d’arrêter les jeunes. Malgré cette campagne d’intimidation, ses arrestations et détentions illégales je constate que les Guinéens se sont levés pour dire non au troisième mandat et non à la mascarade électorale », souligne le président de L’UFDG.

 Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *