Guinee

Mariama Sylla, ministre de l’Action sociale… : « L’utilisation des enfants, dans les manifestations à caractère politique est une violation de leurs droits fondamentaux »

En marge de la célébration de l’an 30 de l’adoption de la convention relative des Droits de l’enfant ce mercredi 20 novembre 2019, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance a dans un discours dressé des efforts importants accomplis par le gouvernement en faveur des enfants, malgré que les indicateurs sociaux de couverture et d’impact demeurent faibles.

« Des politiques publiques et des plans sectoriels de développement socioéconomiques élaborés et mis en œuvre par le Gouvernement avec la contribution des partenaires au développement ont permis d’enregistrer des progrès en matière de survie, de développement de l’enfant, d’éducation, d’accès à l’eau potable, à l’enregistrement des naissances et de protection des enfants contre les abus et toutes formes de violence », indique Mariama Sylla, tout en louant l’engagement personnel du chef de l’Etat, Alpha Condé.

« En gardant constamment à l’esprit que l’utilisation des enfants, dans les manifestations à caractère politique est une violation de leurs droits fondamentaux, je voudrais, dans le contexte actuel, en appeler à la responsabilité des parents, des responsables politiques, des leaders religieux et l’ensemble du corps social pour user de leur notoriété à l’effet de maintenir les enfants à l’écart des manifestations de rue9 », a-t-elle ajouté, avant de rassurer au nom du gouvernement, « qu’il ne sera ménagé aucun effort pour l’atteinte des objectifs visant l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des couches sociales de notre pays notamment celles des enfants ».

Il faut rappeler que la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant est le fruit d’un mouvement général en faveur d’une meilleure reconnaissance du statut de l’enfant et de ses droits. C’est le 20 novembre 1959, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté dix principes d’une Déclaration des Droits de l’Enfant. Ce texte, sans véritable valeur juridique, a constitué pour la première fois un cadre de référence du droit à la protection et au bien-être de chaque enfant sur terre.

Sadjo Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *