Guinee

Mariame Sylla, ministre  de l’Action sociale… : « L’handicap fait désormais parti des gros sujets sociaux de la troisième République »

A l’instar des autres pays du monde, la Guinée a célébré la journée internationale des personnes handicapées à la cité de solidarité le mardi 3 décembre en présence du chef de l’État sous le thème « Favoriser la participation sociale des personnes handicapées et leur pouvoir d’agir : un geste à la fois », à la cité de solidarité.
Selon la ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, Mariama Sylla, le nouveau programme en faveur des handicapées est une préoccupation du gouvernement. « Le handicap fait désormais parti des gros sujets sociaux de la troisième République. En se référant aux réalités de la sous-région ouest-africaine je ne suis pas surprise que beaucoup face mieux que la Guinée à l’occasion de ce 03 décembre », a-t-elle indiqué.
Poursuivant son allocution, la patronne du département de l’action sociale rappelle que la loi portant protection et promotion des personnes handicapées adopté unanimement par les députés et promulguée par le Pr Alpha Condé en 2018 n’est pas un supplémentaire pour au moins cinq raisons: « – la premièrement, l’élaboration une douzaine de textes d’applications de la loi est très annoncée. Nous sommes sûrs de finaliser au cours du premier trimestre de l’année nouvelle.
– En second lieu, le gouvernement inaugure aujourd’hui un centre d’apprentissage de Métier. L’inauguration de ce bijou coïncide avec la pose de la première pierre des centres similaire à Kankan et à Labé sur front propre du budget national. 
-Troisièmement, ces idées de projets relatives aux personnes handicapées ont commencé à germer. Quinze projets sont clos. Ils vont, de sodronier, aux meunigiers en passant par des petits exploitants agricoles ou de teinturiers. Mieux, ils seront formés à l’esprit d’entreprises. 
-Quatrièmement, nous nous apprêtons à doter le pays, d’un programme fédérateur, d’intervention  dans le domaine du handicap. S’il est validé et soutenu financièrement, ce programme s’attaquera aux racines du mal, c’est à dire, les préjugés, les  attitudes  et pratiques discriminatoires. Il permettra aussi une inclusion effective, et une autonomisation continue, de près de 10 milles personnes handicapées à l’horizon de 2020-2030 » a-t-elle souligné.
Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *