Guinee

Me Faya Gabriel Kamano : « Nous sommes en train de vivre une injustice d’Etat »

Aliou Badra Chekna Koné, secrétaire général de la jeunesse de l’UFR, poursuivi pour participation délictueuse à un attroupement, usurpation de titre et fonction, signe et emblèmes, et outrage au Chef de l’État, a été condamné à trois (3) ans emprisonnement dont deux (2) ans de sursis, et une amande de 500.000 GNF. Quant à Élie Kamano, lui aussi poursuivi pour ‘’ participation délictueuse à un attroupement et incitation à la violence ’’ a écopé une condamnation d’un an  d’emprisonnement ferme, dont six (6) mois de sursis. Ils ont tous été condamné au TPI de Mafanco ce mardi 22 octobre 2019

L’article 1er de la constitution oblige l’Etat à traiter tous les citoyens sur les mêmes pieds d’égalité. Me Faya Gabriel Kamano regrette que le gouvernement guinéen a tiré deux catégories de citoyens dans ce pays. « Nous sommes en train de vivre une injustice d’Etat. Il y a des citoyens qui peuvent faire la promotion de la nouvelle constitution sans être inquiété. Et un autre groupe de citoyens qui est contre la nouvelle constitution qui est traqué, emprisonné, humilié et condamné de façon injuste. Et ce qui est déplorable dans cette affaire, ce que le pouvoir public veut se servir de la justice pour faire taire toutes les voix dissidents. C’est pourquoi vous allez constater que par synchronisation, les décisions de condamnation sont distribuées par ci et par là par les tribunaux de Dixinn et Mafanco », martèle Me Faya Gabriel Kamano.

Les avocats de la défense promettent de relever appel pour contraindre la décision disent-ils ‘’ arbitraire, injuste et infondée ‘’ de la présidente Djenabou Doghol Diallo. Selon cet avocat de la défense, leurs clients Élie Kamano et Badara Koné, pour les faits d’exprimer leur droit constitutionnel reconnu à l’article 10 de la constitution ont été condamnés à des peines « lourdes » : « Mais que les pouvoirs publics soient rassurer que malgré le concours de la justice pour faire taire les opposants au troisième mandat, ce projet ne passera jamais. Et la lutte continuera jusqu’au bout » a-t-il souligné.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *