Guinee

Media : Plusieurs journalistes outillés sur l’investigation orientée sur les crimes économiques

Media  : Plusieurs journalistes outillés sur l’investigation orientée sur les crimes économiques

Sous l’initiative du groupe de presse Lynx/Lance à l’intention de ses journalistes élargie à ceux des associations de presse avec un appui de la Fondation OSIWA une formation de trois jours (du jeudi 12 au samedi 14 mars), sur le journalisme d’investigation orientée sur les crimes économiques s’est tenue à la maison de la presse de Kipé.

« Les méthodes d’enquêtes journalistiques, le cadre juridique de l’enquête journalistique, quelle enquête pour l’évasion fiscale et la criminalité financière transfrontalière, le système fiscal guinéen en relation avec la macro-économique » sont entre autres thématiques qui ont été développées durant ces trois jours. L’administrateur général adjoint du groupe Lynx-Lance revient sur l’initiative.

« Nous sommes dans un pays qui figure parmi plus pauvres au monde. Nous avons toujours des impacts des crimes économiques. Et Nous avons jugé utile au groupe de presse Lynx/Lance de nous intéressé à cet aspect. Les enquêtes journalistiques sont les moins en moins représentées dans la presse guinéenne. Donc, nous avons fait le constat au Lynx nous avons décidé de faire une formation sur les méthodes d’investigations journalistiques », a fait savoir Mohamed Diallo.

La fondation OSIWA-Guinée est l’accompagnateur de cette formation. C’est d’ailleurs son représentant qui a lancé les travaux de la formation. « Nous croyons au rôle prépondérant des médias dans le jeu démocratique qui fait que notre soutien pour les médias à travers la sous-région est constant pour essayer de faire avancer le travail de l’investigation », indique Mamadou Allareny Diallo.

Il faut souligner qu’une quinzaine de journalistes ont bénéficiés de cette formation sur les investigations journalistiques orientées sur les crimes économiques.

Le président l’Association Guinéenne des Éditeurs de la presse Indépendante (AGEPI) présent à l’ouverture de cette formation s’est réjoui de cette initiative. « Au moment où les réseaux sociaux sont en train de jouer un très grand rôle, l’investigation est la meilleur voix pour que la presse traditionnelle,  la presse imprimée surtout continue à jouer son rôle », se félicite Alpha Abdoulaye Diallo.

Plusieurs thèmes ont été abordés durant ces trois jours, notamment les méthodes d’enquêtes journalistiques, le cadre juridique de l’investigation dans un État fragile. Bernard Cesari, journaliste français est l’un des formateurs. « On a donc parlé des enquêtes et puis particulièrement des méthodologies d’enquêtes. Donc l’objectif c’est de donner des repères de façon à ce que les enquêteurs soient usables, à faire rapidement leurs travaillent et ne se perdent pas sur certaines parties de leurs enquêtes », a-t-il dit.

Diawo Barry rédacteur adjoint du journal hebdomadaire la Lance est l’un des participants. « Beaucoup de choses liées aux thématiques développées qui se résument à l’investigation journalistique.

Donc les thématiques moins importantes dans des secteurs importants de la vie du pays. Vous savez en Guinée tout le monde est focalisé notamment sur les aspects politiques. Or, à la lumière des présentations faites ici, on comprend également que l’économie est un secteur très important que les journalistes ne doivent pas occulter », a-t-il suggéré.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *