Entretien Guinee

Mouctar Diallo NFD désavoué par son candidat: «Mouctar voulait me vendre à bas prix mais…» (Explications)

Dans un entretien  accordé à la rédaction ce jeudi, 03 octobre 2019, le vice-maire de Leyimiro (préfecture de Pita), Abdoulaye Sall, qui réclame le poste de maire après le décès du maire, désavoue son leader, Mouctar Diallo, président des NFD.  Déterminé à aller jusqu’au bout, Abdoulaye Sall explique comment son leader s’est laissé influencé par Alpha Condé pour céder face à Bah Ousmane qui veut y installer un des siens.

Lorsqu’on a perdu le maire de Leyimiro, M. Abdoul Aliou Sall, qui était inscrit sur la liste de l’UPR, la semaine qui a suivi était consacrée aux états généraux de la décentralisation et le développement local au palais du peuple du 14 au 15 février 2019. Le ministre de l’administration et du territoire a donné  instruction à M. le préfet de Pita de partir installer les maires des communes rurales  de Leyimiro et de Bourouwal Tapé.

Pour le cas spécifique de notre commune rurale, le maire est décédé, il fallait le remplacer par son vice-maire, selon le code des collectivités locales. Ici normalement, on devait procéder à l’installation du nouveau maire.

Suite à ça, ils se sont déployés à Leyimiro pour exécuter  l’instruction qui a été donnée par le ministre en charge des  collectivités. Lorsqu’ils sont venus pour installer le nouveau maire, on leur a demandé  les procédures. C’est dans quel cadre ?  Est-ce dans le cadre de respecter au moins les textes de loi ? Ils nous ont dit que c’est dans un cadre social. Donc ce n’était pas quelque chose qui était dans l’illégalité, le conseil a refusé  cette violation de la loi. Après, ils nous ont réclamé le cachet et la COCAR dans l’intention d’installer un maire en toute violation de la loi, en complicité avec certains partis politiques notamment l’UPR de Bah Ousmane. Il y a eu mobilisation de quelques ressortissants qui sont partis  voir Bah Ousmane pour lui dire ceci: ‘’ce jeune-là est un enfant, il ne peut pas gérer notre commune, il faut nous aider à ce qu’il ne soit pas le maire, pour qu’on installe un autre’’

Et ce type qu’on veut installer comme maire, c’est le premier non élu de l’UPR, il était 6ème sur la liste, l’UPR  n’avait eu que 5 conseillers élus, on veut maintenant l’imposer à la tête de la mairie, ce nommé Thierno Lirouane Sall. Dant ce bras de fer, je pense que M. Mouctar avait manqué du respect à monsieur Bah Ousmane qui est allé se plaindre chez le président de la République.

Le président a convoqué Mouctar et lui a dit: «Bah Ousmane reste ton grand frère, tu lui dois beaucoup de respect.» Après l’intervention de chef de l’Etat, il a demandé à Mouctar Diallo de céder. Mais je lui ai dit non, je ne cède pas parce que les courses et les démarches ont été financées par moi-même. Est-ce que lui, il est prêt à céder son poste ministériel au profit d’un autre ? Il a dit non ! Donc je ne le fais pas. J’ai compris ainsi que Mouctar voulait me ventre à bas prix et heureusement pour moi, Dieu n’a pas voulu.

J’ai vu que Mouctar Diallo œuvre pour son intérêt personnel, sinon il n’est pas question de me demander de céder la place à celui qui était 6ème sur la liste et qui n’avait que 5 conseillers avec tous les efforts que j’ai fournis.

Je crois que Mouctar Diallo a manqué de reconnaissance à mon égard sinon il n’allait se permettre de me débarquer comme ça. Raison pour laquelle j’ai donné ma vie et si ça doit coûter ma vie je la donne. J’invite monsieur Bah Ousmane à revenir à la raison parce que je pense qu’il est un leader qui aspire briguer la magistrature suprême un jour. Je l’invite à  mener le combat pour que les textes de loi soient appliqués dans la commune dans toutes ses rigueurs.

Entretien réalisé par

 Alpha Amadou Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *