Guinee

Plénière du FNDC : Retour sur les différents discours des opposants…

Plénière du FNDC : Retour sur les différents discours des opposants…

Après la déclaration du coordinateur national du FNDC, les présidents des différents partis politiques se sont relayés au micro. Tous, ont appelé la mobilisation pour défendre l’actuelle constitution.

Absents depuis plusieurs semaines dans le pays, le président de l’Union des Forces Républicaines s’est dit plus que jamais déterminer à défendre la Constitution. Selon Sidya Touré, tous les problèmes de la Guinée, c’est le chef de l’État. « Il y a des prédateurs économiques reconvertis en Hommes politiques. Nous avons un problème avec Alpha Condé. On ne peut pas être chef d’un pays et marcher dessus. Aujourd’hui on ne parle que de la Guinée mais à travers un seul homme On a un vieil homme fatigué, qui se cramponne au pouvoir.

Ce n’est pas à des Hommes politiques qu’on affaire mais  des prédateurs économiques reconvertis en politiques. Ils doivent dégager, c’est la raison de nos manifestations. Les élections n’auront pas lieu en Guinée. On sait qu’ils vont venir avec des résultats de deux ou de trois villages, mais cela n’aura aucune crédibilité. La communauté internationale est aujourd’hui consciente que 90% de la population ne sont pas pour cette nouvelle constitution», indique l’ancien Premier ministre.

Bah Oury, président de l’UDD quant à lui,  interpelle « les vrais militants du RPG » qui risquent de voir le fruit de leur combat voler en éclat. «C’est le combat de toute une génération qui risque d’être sacrifié si le 22 mars ait lieu. Les militants du RPG ont été parmi ceux qui ont été les plus martyrisés pour que nous puissions avoir un processus démocratique conforme à un certain idéal démocratique et c’est au nom du RPG que cet idéal est en train d’être sacrifié. Les militants du RPG doivent se remettre en cause et prendre leur responsabilité par rapport à la question de la nouvelle Constitution. Si 2 millions couvrent l’écrasante majorité des mineurs qui ont été recensés, donc, 4 millions 500 sur un corps électoral estimé à 7 millions 700, il va de soi qu’aucune élection, aucune consultation ne peut être validée par l’utilisation de ce fichier. Demain, la communauté nationale, régionale et internationale, quel que soit ce qui va être déclaré, ne reconnaîtront pas ce qui pourrait se passer le 22 mars dans notre pays », prévient l’ancien Numero 2 de l’UFDG.

Pour sa part, le président du directoire provisoire du MoDel, lui dénonce ceux qu’il qualifie les  « délinquants » politiques qui cherchent à se recycler derrière le chef de l’État. « Alpha Condé qui comptait sur quelques amis à l’étranger, il n’en a plus personne de crédible. Dans la sous-région, il n’y a aucun chef d’Etat sérieux ou institution sérieuse, qui lui accorde de l’importance. Voyez au tour de lui, ceux qui sont à l’avant-garde de sa défense. Vous verrez qu’ils ne sont crédibles nulle part, même dans leurs propres familles. C’est des délinquants politiques recyclés, des opportunistes de la 25ème heure. Et, c’est le RPG qui devait être interpellé, parce qu’ils ont tout perdu et ils sont en train de tout perdre. Ce parti devait faire une révolution interne. Parce que, ceux qui sont en train aujourd’hui d’aider Alpha Condé dans cette dérive, vont l’abandonner, et c’est évident, qu’ils chercheront à se recycler. Mais, il n’y a aucune possibilité de recycler désormais les déchets politiques dans notre pays», a prévenu Aliou Bah.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition et président de L’UFDG invite l’armée guinéenne à jouer son rôle régalien. « L’armée guinéenne a participé activement à la libération de l’Afrique, à la décolonisation. Elle a fait honneur à notre peuple pour la liberté des autres peuples du continent. Aujourd’hui, la liberté du peuple de Guinée comme ce que mon frère Sidya a dit. Elle ne peut pas être complice de ce clan mafieux pour continuer à réprimer dans le sang les jeunes de Guinée qui expriment leur refus du coup d’Etat constitutionnel. Il faut qu’ils se mettent du côté du droit. Etre républicain, ce n’est pas obéir aveuglement aux ordres des dictateurs. Il faut qu’ils réalisent qu’ils sont des guinéens, qu’ils doivent contribuer à la restauration des droits des citoyens, à l’expression de leur liberté et à la consolidation des acquis démocratiques. Ils ne peuvent pas aller à l’encontre de la promotion de la démocratie et de la consolidation de l’unité de notre nation. Je leur lance un appel en tant que FNDC, en tant que fils de ce pays, ce sont nos frères, nos sœurs, ils ont jusqu’à présent été utilisés  illégalement contre le peuple de Guinée. Plus de 145 morts dans la répression des manifestations, il faut qu’ils soient du bon côté. Qu’ils s’arrêtent de se mettre au service de la dictature », lance Cellou Dalein Diallo.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *