Guinee

Présidentielle du 18 octobre 2020 : Cellou joue-t-il sa dernière carte ?

Sans surprise, c’est Cellou Dalein Diallo qui a été investi le dimanche 06 septembre, candidat de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. Dans son discours de circonstance, devant des milliers de militants, l’opposant, tout en promettant de remporter l’élection, explique pourquoi il accepte de compétir et indique que le combat sera rude. L’ancien Premier ministre appelle ainsi, ses partisans à prendre part à cette élection. A écouter, l’opposant c’est comme s’il misait sa dernière carte. 

Voici un extrait de son discours… 

 «J’ai entendu vos cris de cœur. Je mesure à sa juste valeur la gratuité de la situation sociopolitique de notre chers pays. Je mesure également le poids de l’immense responsabilité qui pèse sur mes épaules en ce temps d’incertitude, d’inquiétude voir même de solitude. Je sais vos attentes. Je connais vos appréhensions. Vos craintes sont justifiées. 

Mon choix de diriger un parti politique procède d’une conviction inébranlable. 

Pour accéder au pouvoir, il faut participer à ces élections. J’ai fait le choix de conquérir le pouvoir par le biais de la confiance du peuple qui s’exprime librement par les suffrages universels. Je suis un républicain convaincu. 

Ces derniers jours, j’ai posé des questions et j’ai beaucoup écoutés. Parce que j’avais besoin d’entendre la lumière de la sagesse de chacun pour éclairer mon chemin. Parce que j’ai l’intime conviction que chacune de mes décisions doit être le suivi d’une concertation mûre de contradiction, d’interrogation d’opposition à fin de prendre une décision. La décision prise en concertation avec mes proches collaborateurs d’engager l’UFDG repose sur les avis motivés de l’écrasante majorité de nos fédérations de l’intérieur et de l’extérieur. J’ai encore frais dans l’esprit et chaud dans le cœur la mémoire de tous ces jeunes martyrs tombés tragiquement sous les balles de ce régime sanguinaire. Que Dieu nous donne la force et le courage de poursuive le combat Jusqu’à la victoire finale. Leurs sangs engagent la détermination… 

Nous n’avons pas le droit de nous résigné. Le coupable ce n’est pas nous, c’est Alpha Condé. 204 jeunes Guinéens sont tombés dont 100 dans le cadre de la lutte contre le troisième mandat.  Ce n’est pas pour autant qu’il faut céder aux forces de l’abandon. Donc, c’est dans la fois que cet exaltant projet commun celui de libérer notre pays de la dictature que j’accepte votre décision de m’investir comme candidat de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, ensemble, nous rétablirons la souveraineté du peuple détourné ».

Propos recueilli par Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *