Guinee

Recensement des électeurs : Cellou Baldé relève de nombreuses lacunes


Le député uninominal de Labé, Cellou Baldé, était l’invité de nos confrères de Lynx Fm dans l’émission Oeil de Lynx de ce jeudi, 28 novembre 2019. Dans cet entretien, il a dénoncé de nombreuses lacunes et autres problèmes liés au processus en cours d’enrôlement des électeurs.
Notre constat, il faut dire que c’est vraiment un chaos qui est en train de se passer sur le terrain aujourd’hui. D’abord, il faut dire que les opérations n’ont pas démarré à la date indiquée, c’est-à-dire le jeudi, 21 novembre 2019. La plupart des CAERLE, aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays, n’ont démarré les travaux qu’à partir de dimanche, c’est-à-dire au quatrième jour de l’enrôlement. Et jusqu’à présent, il y a suffisamment de problèmes, suffisamment d’anomalies
Les kits  qui ont été déployés, sont des kits défectueux  qui tombent  en panne. A Ratoma par exemple, dans  les dernières 72 heureux, il y a eu au moins 70 kits qui sont tombés en panne. Qu’on les déplace  pour les remonter au niveau de la CENI, ils disent qu’ils les ont réparés mais  dès qu’on ramène le kit au niveau de la CAERLE, il cesse  de  fonctionner.
Cette situation est la même pour tout le pays. Je vous donne un exemple : la CAERLE  de Kansaghi dans Tougué, qui doit servir pour l’enrôlement des électeurs de Kansaghi et de Sangoya, jusqu’à maintenant, depuis jeudi, le Kit n’est pas sur place parce que le jeudi, le Kit a été déployé, il se trouvait que c’était un Kit défectueux. Les gens de le CEPI de Tougué disent qu’on l’a renvoyé à Conakry pour réparation, jusqu’à présent il n’y a pas de Kit à ce niveau-là. Et c’est le même cas dans beaucoup d’endroits
Les autres aspects sont liés au déficit, au manque du matériel électoral par rapport à l’enrôlement.
Vous savez que l’enrôlement concerne une certaine catégorie de personne, il y a les personnes qui ont eu 18 ans. Vous savez que depuis 2015, il n’y a pas eu une révision de liste électorale aussi bien ordinaire qu’exceptionnelle dans notre pays. Donc vous avez beaucoup de personnes qui ont eu 18 ans qui doivent se faire enrôler.
Il y a également les recommandations du rapport d’audit qui disent que tous les électeurs enrôlés ou non enrôlés, c’est-à-dire tous ceux qui étaient dans le fichier qui a servi aux élections de 2015 et de 2018 doivent repasser devant les CAERLE pour se faire enrôler par la confirmation ou le complément de leurs données  alphanumériques ou biométriques. Donc les récépissés sont totalement insuffisants, alors qu’ils sont l’indicateur ou la preuve que l’intéressé s’est fait recenser.
Et quand demain une liste électorale est affichée, c’est à travers cela que l’intéressé vient vérifier, est-ce qu’il est dans le fichier ou pas. S’il n’est pas dans le fichier, pour qu’il puisse porter plainte et faire même un recours devant les juridictions compétentes.
Il y a également beaucoup de consommables notamment les papiers, les formulaires d’inscription, qui sont totalement insuffisants. Donc aujourd’hui, c’est vraiment le chaos, sans compter l’incompétence de beaucoup d’opérateurs de saisi, qui ne sont pas vraiment en mesure de manipuler le Kit d’enrôlement. Ce sont  des gens qui ont été redéployés à la dernière minute, ils ont laissé de côté ceux qui sont régulièrement identifiés, recrutés et formés. Ils ont pris des militants du RPG Arc-en-ciel, des listes ont été fournies par le parti au pouvoir et ces personnes ont été déployées comme opérateurs de saisi, comme superviseurs, ça c’est aussi un élément important à signaler.
De l’autre côté, il n’y a pas de communication claire de la part de l’organe de gestion des élections qui est la CENI par rapport aux gens qui doivent revenir devant la CAERLE, parce que nous avons l’impression que la CENI ne veut pas mettre en œuvre la recommandation (une) de l’audit, c’est-à-dire : tous les électeurs doivent  repasser devant les commissions d’administrations d’établissement et de Révision des Listes Electorales. C’est ce qui justifie d’ailleurs aujourd’hui que nous avons une réunion de l’opposition politique. Nous avons préparé un mémorandum à l’attention de la CENI et tous les partenaires techniques et financiers pour attirer leur attention sur les manquements graves, le dysfonctionnement mis au processus de révision des listes électorales mais également à l’insuffisant des 25 jours qui ont été décrétés par la CENI pour servir à l’enrôlement des électeurs.
Propos transcrits pas
Alpha Amadou Diallo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *