Guinee

Report des élections

Report des élections : «La CENI s’est comportée en irresponsable…», fulmine Dr Ibrahima BOC

Les élections législatives prévues pour le 16 février ont été reportée pour le 1er  mars suite à un décret.

Pour la deuxième fois, la date des élections législatives est reportée. Cette décision du président la République intervient à moins de deux semaines de la date initiale prévue qui était prévue le 16 février et cela sans consulter les partis politiques candidats à ces élections.

« Aucun candidat n’a été contacté par rapport à l’initiative de la CENI. Par conséquent, nous prenons acte de la décision du décret du président. Nous allons nous retrouver avec les candidats de nos différentes listes et nous allons donner notre position. Ce qu’il faut rappeler la CENI s’est comportée en irresponsable par rapport à cette procédure », regrette le président de l’ADC-BOC.

Plus loin, Dr Ibrahima Sory Diallo ajoute que « la CENI n’avait pas droit d’adresser un courrier à la cour constitutionnelle sans pour autant informer les partis concernés dans le processus, pour dire voilà c’est telle et telle raisons… pour qu’on puisse déplacer la date vu les problèmes techniques. Cela veut dire que la CENI a agi d’une façon unilatérale et nous allons les répondre aussi d’une façon unilatérale. Par ce que nous pensons que la CENI devait être responsable. Et si aujourd’hui cette CENI s’engage à saboter le processus nous allons les aider. Mais ils vont nous indemniser de nos dépenses. Nous avons faits des panneaux publicitaires annonçant le 16 février. Le tout, ça doit changer. Cela veut dire que tout ce qu’on a dépensé depuis le début de ce processus jusque maintenant, la CENI doit être en mesure de nous dédommager. Si elle ne nous dédommage pas, nous allons nous retrouver prendre une décision conséquemment à cette disposition», a promis le coordinateur du CAR.

Certains leaders candidats à ces élections avaient menacés de porter plainte contre la CENI en cas de son report. Dr Ibrahima Sory Diallo réitère que « la plainte reste incontournable ». « Parce que déjà nous avons demandé qu’on soit dédommagé. Lorsqu’on est dédommagé tout rentre en ordre, on n’a pas de plainte », a-t-il dit dans un entretien téléphonique qu‘’il nous a accordé.

Amadou Tidiane  Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *