Guinee

Requinqué par la forte mobilisation à Kankan : Alpha Condé tance ses détracteurs

Le chef de l’Etat a été reçu le samedi 23 novembre dernier par les populations de Kankan. Alpha Condé, requinqué par la forte mobilisation des habitants du Nabaya, a tenu un discours ex cathedra à l’improvise. Du titillement de ses détracteurs aux nouvelles promesses, en passant par l’appel au recensement des électeurs, le président de la République, pour qui « personne ne peut désormais empêcher le progrès de la Guinée », ne fait pas dans la dentelle.

Alpha sabre ses opposants

Alpha Condé, comme d’habitude, n’est pas allé du dos de la cuillère pour tancer ses opposants. Selon lui, ses adversaires sont simplement nostalgiques du pouvoir. « Laissons ceux qui regardent dans le rétroviseur, qui veulent nous ramener dans le passé où ils passaient du temps à piller pour leurs propres profits. Ils ont la nostalgie, ils n’ont pas de programme. Ils ne connaissent pas les préoccupations du peuple, la souffrance. Nous, nous sommes tournés vers l’avenir. Les travaux commencent à donner leurs fruits », a-t-il souligné, indiquant sur la même lancée que le train de Guinée a démarrée. « Il n’est de pouvoir de personne, ni sur terre, ni sur mer, de l’arrêter. Car notre avenir dépend seulement de Dieu. A part Dieu, personne ne peut dire à la Guinée d’aller à gauche ou à droite. Nous allons où le peuple veut qu’on aille. Nous irons là où le peuple veut qu’on aille.  Voix du peuple, voix de Dieu. Ce que le peuple veut, ce que Dieu veut. Laissons les gens du passé s’agiter. Ils ne savent que dire non. Ils n’ont pas de programme. Ils ne savent pas comment vit le peuple, le paysan. Pendant qu’ils mettent les enfants des pauvres dans la rue, leurs enfants sont en France, aux États-Unis. Voilà la réalité. Mais avec l’emploi-jeune, les jeunes vont prendre conscience. Ils ne seront plus manipulés.

Des personnes qui leur donnent de la drogue les rendent presque fous pour faire n’importe quoi. S’il plaît à Dieu l’Afrique sera fière de la jeunesse guinéenne », promet Alpha Condé, avant de revenir sur diatribe contre ses détracteurs. « Alors laissons les cabris s’agiter, sautiller. Les crachats d’un crapaud ne peuvent pas entacher la blancheur d’une colombe. L’avenir de la Guinée se décide en Guinée et par le peuple de Guinée comme nous l’avons fait en 1958.

Voilà la Guinée solidaire, confiante en elle. N’ayons peur de rien sauf Dieu, car unis nous sommes capables d’aller loin.  C’est pourquoi je vous demande d’être unis et solidaires. La force ce n’est pas d’insulter, de lancer des pierres. La force, c’est la force des idées et la volonté de faire changer le pays », lance Alpha Condé devant une foule acquise à sa cause. 

De nouvelles promesses

Lors de son allocution, le président de la République n’a pas fait que passer le savon à ses opposants. A un an de la fin de son second mandat, Alpha se dit conscient des besoins de la population du Nabaya. « C’est vrai, on a fait beaucoup, mais il reste encore beaucoup à faire. Mais je dis à la jeunesse qui réclame du courant qu’ils vont avoir bientôt une surprise.

En dix ans, malgré deux ans et demi d’Ebola la Guinée a avancé. Ici vous représentez la Guinée qui avance, la jeunesse guinéenne, les femmes qui regardent vers l’avant…Je vais dire aux femmes qu’elles n’auront plus besoin du poisson de Conakry. Nous avons fait une pisciculture à Kankankoura. Nous allons faire une autre à Siguiri. Vous allez manger des poissons qui seront produits à Kankan. Ensuite nous allons faire venir des couveuses pour que tous les gens de Kankan puissent manger du poulet.

Nous allons poser la première de la plus grande université de l’Afrique à Kankan. Bien sûr, il y en a qui disent qu’il n’y a pas eu d’université à Kankan. Chaque chose a son temps. Nous avons fait une université à Labé, Conakry, nous allons faire à N’Zérékoré. Maintenant c’est le tour de Kankan, après ce sera N’Zérékoré, Kindia, Boké, car nous allons doter tous nos grands chefs-lieux de région des universités et des CHU afin que nos malades n’aillent plus se soigner au Maroc, en Tunisie, en France, mais sur place. Nous allons avoir des chemins de fer qui vont transporter nos minerais, mais aussi des passagers. Je dis aujourd’hui à la population de Kankan, ceux qui vont faire le trains-guinéen, vont faire en même temps le chemin de fer Conakry-Kankan-Bamako-Bobodioulasso. Nous ne voulons pas des chemins de fer seulement pour Kankan. Nous voulons faire pour nos frères de Bamako et de Bobodioulasso. C’est vrai que nous n’avons pas beaucoup de routes. Les autres pays, quand ils sont venus, ils ont trouvé ce qu’ont fait les autres. Nous, qu’est-ce que nous avons trouvé ? Le désert », se dédouane-t-il, en accusant ses opposants d’être les responsables des tares de la Guinée. « Mais ne nous trompons pas. Le président Conté n’est pas responsable. Il a dit que lui il ne connait pas, faites ce qui est bon pour le pays. Les anciens Premiers ministres qui parlent aujourd’hui pour mener la Guinée en arrière ça ne se fera plus », a-t-il promis.

Un message aux partisans du referendum

Alpha Condé appelle ses militants à se faire enrôler. Selon lui, il ne suffit pas seulement de faire des mobilisations. « Il faut aller vous inscrire car votre force c’est le bulletin de vote. Chacun de vous doit aller se faire recenser, parce que quand tu dis oui, mais que tu ne votes pas, ça ne sert à rien. Est-ce que vous êtes prêts à vous faire recenser ? Car la moitié de la Haute Guinée n’avait pas voté, parce qu’ils n’étaient pas recensés. Mais cette fois-ci, nous voulons que tous les Guinéens en âge de voter puissent voter. Est-ce que vous prenez l’engagement ? Alors nous donnons rendez-vous l’année prochaine, car il y aura des élections », lance Alpha Condé qui ne se prive dans son speech, à s’attaquer à certains opposants natifs de Kankan. « Ne vous laissez pas impressionner. Certains des enfants de Kankan sont perdus parce qu’ils se sont vendus à ceux qui sont nos ennemis, parce qu’ils préfèrent l’argent. Mais quand ils viendront à Kankan, vous allez leur montrer qu’ils n’ont plus de place. Nous sommes un pays de paix. On dit Kankan Nabaya. Nous recevons les autres. Nous voulons vivre en paix avec tout le monde.

N’imitons pas les autres qui jettent des pierres, qui insultent. Montrons que le Guinéen est partout chez lui en Guinée, que ce soit en Basse Guinée, au Fouta, en Haute Guinée et en Forêt. Rappelez-vous quand il y a eu Ebola. On ne dit pas que vous êtes Malinké, Peul, Guerzé pour vous barrer la frontière du Sénégal, de la Côte d’Ivoire. Quand vous étiez Guinéen, vous ne passiez pas. Voilà la réalité. Nous sommes Guinéens avant d’être Peul, Malinké, Soussou, Guerzé ou autres. Soyons fiers d’être Guinéens. Nous allons démontrer à la face du monde comme en 58, que la Guinée peut se lever debout face à son destin», réitère sa confiance aux habitants de Kankan.

Sadjo Diallo

« Je ne laisserai pas le pays dans la main des bandits » : Deux anciens PM répondent à Alpha Condé

Au point de chute de la marche du FNDC mardi dernier à la terrasse du Stade du 28 septembre, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo ont réagi aux propos du chef de l’Etat tenu à N’Zérékoré.

Si Alpha Condé, promet qu’il ne laissera pas la Guinée dans la main des bandits, Sidya Touré se dit confus.

« Moi je sais pas de qui il s’agit. S’il parle de la gestion que j’ai eue comme Premier ministre, je peux vous dire que  je donne l’autorisation à tout le monde de publier tout ce qui s’est passé. J’ai électrifié Conakry jusqu’au kilomètre 36 24h\24 avec 42 millions de dollars. Ceux-là ont dépensé 3 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie, il n’y a pas une seule ville de la République de Guinée où on a électrifié 24/24. Ils ont dépensé 2 milliards de dollars dans les infrastructures routières. Personnes n’est capable de nous montrer 100 km de routes qu’ils ont réalisé depuis 9 ans. Alors les bandits on sait où ils sont», fulmine le leader de l’UFR.

Pour sa part, Cellou Dalein Diallo, lui, estime que ces propos ne devaient pas venir d’un président de la République. «  Vous le saviez déjà que c’est un dictateur et il vient de le prouver. C’e n’est pas à lui…Son rôle serait d’organiser les élections libres et transparentes pour que les Guinéens choisissent leur Président. Mais non! Il ne laissera même pas que le peuple choisisse leur président. Voilà l’expression aussi qui prouve que M. Alpha Condé est un dictateur. Mais les Guinéens ne vont pas laisser faire. Ce n’est pas à lui de choisir le Président c’est au peuple », déclare le président de l’UFDG.

 Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *