Guinee

Résolution du parlement européen face à la crise guinéenne

Résolution du parlement européen face à la crise guinéenne : « C’est une réaction de réconfort », dixit Abdouramane Sanoh

Depuis l’annonce faite par le Président Alpha Condé pour un changement de la constitution, les réactions ne font que se multiplier à travers le monde. Le cas le plus récent, est la résolution adoptée par le parlement européen le mercredi 13 février 2020. Interpelé sur cette question par espace FM dans l’émission les grandes gueules du vendredi 14 février 2020, le président du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), Abdouramane Sanoh apprécie la sortie du parlement européen.

« C’est une réaction de réconfort que la position du parlement européen a eu prendre sur la situation du pays. Je crois que la lutte du peuple est en train d’être reconnue sur le plan international. Et ça, ça fait du bien », souligne le coordinateur du FNDC.

Pour Abdouramane Sanoh, « si nous nous réjouissons de ces prises de positions qui expriment la reconnaissance de la justesse du combat que mène le peuple de Guinée pour éviter l’accaparement du pouvoir par Mr Alpha Condé et son clan, nous sommes très lucide à notre combat et nous sommes convaincu qu’en réalité tout doit se jouer ici en Guinée », a-t-il martelé.

Par ailleurs, le coordinateur du FNDC souligne que cette résolution faite par le parlement européen ne vient pas pour mettre les protagonistes de la crise dans un état de méfiance.

« Le dialogue c’est toujours ce qui est mieux dans un contexte lorsqu’on vit ensemble et pratiquement quand on est un acteur ou tout autre dans les affaires publiques. Cela dit, on ne nous renvoie pas dos à dos avec le pouvoir parce que tout le monde sait que la violence est du côté des forces de défense et de sécurité et se sont des unités qui se sont mises à la disposition de M. Alpha Condé pour l’aider à réussir son coup-d’Etat », indique Abdouramane Sanoh, tout en persistant qu’il n’y aura pas de négociation sur un troisième mandat.

« Ne confondez pas le dialogue avec la négociation sur le troisième mandat. Il n’y aura pas de négociation sur le troisième mandat et ça doit être clair dans l’esprit de tous les Guinéens. Il s’agit délibérément pour Alpha Condé de prendre le pays en otage et d’en faire une propriété privée. Ce qu’on ne va permettre à personne, ni à lui ni à son successeur éventuel. C’est au chef de l’État de pouvoir faire de geste ne se reste qu’à travers les mains tendues des religieux », a fait en entendre M. Sanoh.

« On ne pourra jamais arrêter cette situation si on ne se lève pas contre les blessés ou les morts. C’est la dictature qui est de sa nature. Alpha Condé a dit qu’il y a eu de mort ailleurs mais ça a passé. Donc ils sont parfaitement conscient qu’il faut tuer », regrette le coordinateur du FNDC.

Synthèse de

Moussa Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *