Guinee Opinion

Saïkou Yaya Barry de l’UFR : « La région la plus démunie de la gouvernance d’Alpha Condé, est la Haute Guinée »

Le secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR), l’honorable Saïkou Yaya Barry, a une énième fois, tiré à boulets rouges, sur la gouvernance du président Alpha Condé. C’était ce samedi, au cours de l’assemblée générale hebdomadaire, de son parti.

Selon ce député qui dit rentrer d’une mission de l’intérieur du pays, «nous sommes dans un pays où tout est parti en lambeau. Mais la région la plus démunie de la gouvernance d’Alpha Condé, est la Haute Guinée. J’ai fait l’ensemble des régions, j’ai vu ce qui se passe en Haute Guinée, la pauvreté est partout, il n’y a pas de route… on a tâché la Haute Guinée de soutenir un chef qui est devenu président, mais aujourd’hui ils sont les plus malheureux par la gouvernance d’Alpha Condé».

«Un de mes jeunes du nom de Zico, a-t-il ajouté, a fait un accident à 11h du matin à Kankan, il a été admis à l’hôpital régional à la même heure. Mais jusqu’à 17h Zico n’a pas pu faire sa radio, pour savoir ce qu’il a, sous prétexte qu’il n’y a pas de courant. Donc à Kankan, ils n’ont pas trois heures d’électricité par jour. Et ça même, c’est trop, parce que je parle de l’hôpital régional de Kankan».

Saïkou Yaya Barry dit savoir que : «nous sommes tous pauvres déjà, ce que j’ai vu en Haute Guinée, ça fait pleurer, mais on continue à les tromper. Ceux qui ont compris sont en train de se battre, pour prouver qu’Alpha n’a rien fait pour eux, donc ce n’est pas pour lui qu’il faut continuer à mourir. Parce qu’il (Alpha Condé) est en train de faire en sorte que les gens soient plus pauvres qu’ils ne le sont actuellement.»

Par ailleurs, le secrétaire exécutif de l’UFR estime que ceux qui pensent encore qu’Alpha Condé peut faire quelque chose pour eux, se trompent. « Ce qu’il (Alpha Condé) n’a pas pu faire de 2010 à 2015, ce qu’il n’a pas pu faire de 2015 à maintenant, il ne le pourra plus. La raison est simple, il était encore plus jeune en 2010, donc il devait avoir plus de volonté, plus de capacité de faire quelque chose. Et ce n’est pas maintenant où il a 83 ans qu’il peut aider à changer quelque chose», déclare-t-il.

Avant de faire savoir : «Quand je suis arrivé à Siguiri, c’est à mon hôtel que des jeunes venaient pour me dire qu’ils démissionnent du RPG et qu’ils rentrent à l’UFR. Beaucoup de Sèrès, dont je tais les noms, ont formé des délégations, des directeurs de campagne de certains candidats sont tous venus me voir pour dire qu’ils rentrent à l’UFR.»

Mohamed Soumah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *