Guinee

Selon Bah Oury, depuis l’indépendance : «Nous n’avons pas eu ni respect des droit de l’Homme, ni alternance…»

 Selon Bah Oury,  depuis l’indépendance : «Nous n’avons pas eu ni respect des droit de l’Homme, ni alternance…»

Au sortir d’une réunion au siège du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) le lundi 24 février 2020, les opposants de la nouvelle constitution ont décidé de « ne plus reconnaître » Alpha Condé comme « président de la République » et demandent ainsi son départ immédiat.

Après la déclaration lue par le coordinateur du FNDC, les autres leaders du Front se sont relayés au micro. Pour le président de l’UDD depuis l’indépendance, deux choses manqueraient en Guinée. Il s’agit de l’alternance démocratique et le respect des droits de l’Homme.

« Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu ni le respect des droit de l’Homme, ni alternance démocratique. Aujourd’hui pour une rare fois dans l’histoire de la Guinée l’ensemble des autorités morales du pays, le clergé catholique, les chefs religieux ont tous demander à Alpha Condé de respecter la constitution. Ils ont usé de tous les moyens légaux pour lui faire comprendre c’est ça qui y va dans l’intérêt de la Guinée et dans l’intérêt du peuple tout entier. Il s’est obstiné à aller vers un changement constitutionnel qui est un véritable coup d’État. Je demande à l’ensemble du peuple guinéen aux amis de la Guinée et à la communauté internationale d’aller dans le sens des intérêts de ce peuple à travers la déclaration du FNDC », a lancé Bah Oury.

Amadou Tidiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *