Guinee

Sidya Touré : « Nous n’allons pas laisser ces crimes impunis »

Le président de l’UFR dénonce les pertes en vie de « 10 Guinéens lors des manifestations du FNDC ». Pour l’ancien Premier ministre, Sidya Touré, des actions seront menées pour arrêter les coupables.

Accueilli en héros par ses militants à son siège à Matam ce samedi 19 octobre 2019, le président de l’Union des forces républicaines a au début de son allocution, ordonné d’observer une minute de silence à la mémoire des « dix jeunes tués » pendant les manifestations déclenchées par le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), la semaine dernière.

Poursuivant, le président de l’UFR a dénoncé les exactions commises par les forces de l’ordre sur les citoyens parfois à domicile. « J’ai du mal à parler. Qui est ce qui a été fait depuis que le régime est en place ? Nous sommes à 110 morts. On n’a tiré gratuitement sur les gens. A Bonfi et à Kolaboui. On veut faire quoi ? Badara on a attaqué sa concession familiale. Mais de quel droit ? La manifestation n’a même pas commencé, on les kidnappe. Les gens du FNDC Sanoh, Koundouno ont été kidnappé par des hommes cagoulés. On est dans quel pays ? Quelque chose comme ça les arrivent on risque de brûler le pays. Dans les réseaux sociaux tout le monde a vu le comportement des Forces de l’ordre. On comprend que ce sont les mêmes militaires que les militaires du 28 septembre 2009. On va lier les deux questions. Il y a eu plus de 30 morts entre 2011 jusqu’à 2013 juste parce que nous volons organiser les élections législatives », souligne Sidya Touré, qui annonce que le FNDC est en train d’identifier les auteurs des crimes en vue d’une plainte au niveau des instances juridiques internationales.  « Nous allons résister à cela. Nous n’allons pas laisser ces crimes impunis. Nous sommes en train de rédiger un certain nombre de documents, notamment à la commission de droit de l’Homme des Nations unies. On va porter plainte. Tous ceux qui sont en train de tirer seront poursuivis. Tous ceux qui sont en train d’ordonner de tirer, nous allons les interdire de sortir le pays. Nous allons interpeller le congrès américain. Tout le monde prépare leur retraite. On n’a pas besoin de casser la tête des gens pour ça. Nous allons continuer le combat » promet l’ex-haut représentant du chef de l’État.

Par ailleurs, le challenger d’Alpha Condé s’est montré dans son allocution ironique sur le projet d’une nouvelle constitution. « On ne peut pas développer notre pays parce que ce n’est pas écrit dans cette actuelle constitution ?  Donc on va écrire dans la nouvelle constitution il faut développer le pays ? Arrêter ces mensonges» clame M. Touré.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *