Guinee Monde

Sultan Mohamed Bello : héritage et leçons.


H.A.S Johnston- he Fulani Empire of Sokoto – Oxford University Press. 1967. 312 p.
Octobre 1837 – Lors de sa dernière maladie, Bello fit appeler son fils aîné, Aliyu, et l’avertit de ne pas tenter de se faire sultan par des moyens inconstitutionnels. Plus tard, le Waziri l’invita [le Sultan] à désigner son successeur en disant :

  • Dans quelles mains nous laisses-tu ?
    Mais Bello refusa de faire un choix.
     – Je vous laisse, dit-il entre les mains de Dieu.
    Le lendemain, il mourut. À sa demande, il fut enterré dans la ville de Wurno, qu’il avait fondé et qu’il avait transformé en capitale.
    Les qualités et les réalisations de Bello ont déjà été décrites. Il était exceptionnellement bien doté d’une grande variété de talents : un bon intellect, une forte personnalité et un caractère sain et simple. Ces atouts furent favorisés par l’influence de son père et de son oncle ; ils furent renforcés par une éducation rigoureuse et austère. Le djihad fut l’occasion- bien qu’il ne soit pas le fils aîné de Shehu [Dan Fodio] – de le faire rapidement passer au premier plan. En tant que jeune homme, il se bâtit au coude à coude sous les murs d’Alkalawa. À la fin, il fut au commandement suprême des forces combinées qui prirent la ville et ainsi mirent fin à la guerre.
    ·         En tant que soldat, Bello participa à quarante-sept batailles et sièges.
    ·         En tant qu’écrivain, il produisit plus de quatre-vingts œuvres en prose et en vers et, même s’il manquait le sens du style d’Abdullahi [son oncle paternel], il a écrit dans Infaku’l Maisuri le meilleur récit que nous ayons du djihad.
    ·         En tant que chef religieux, il fut le digne successeur à son père.
    ·         Enfin, en tant que dirigeant séculier, il aura été évidemment le plus grand des sultans de Sokoto.
    Il n’y avait qu’un seul autre homme de cette génération dans le centre du Soudan dont la stature et les réalisations atteignaient celles de Bello. C’était El-Kanemi. En intellect, en connaissance, en capacité et en force de caractère, ces deux-là dominaient le reste de leurs contemporains. Ils sont nés à peu près au même moment, ils sont morts en l’espace d’un an ou deux ; ils furent en conflit pendant une grande partie de leur vie.
     
    Bello, bien que dévot, n’avait pas le mysticisme de Shehu (Usman Dan Fodio) ; il n’avait pas la répulsion d’Abdullahi vis-à-vis des biens du monde. Au contraire, il avait manifestement le goût du pouvoir et le maniait avec plaisir. Néanmoins, le pouvoir ne brouilla jamais sa vision ni ne ternit ses normes. Le fait qu’il ait été pendant vingt ans l’homme le plus puissant de tout le Soudan et, pourtant, demeuré complétement pur de corruption, doit être compté parmi ses plus grandes réalisations. En tant qu’homme, il pouvait parfois être inflexible, comme il l’était avec Clapperton (explorateur britannique), et parfois impitoyable.  Ceci n’était que les défauts de ses vertus ; la magnanimité était la marque de son personnage. Dans sa carrière, nous retrouvons encore et encore cette magnanimité – dans l’objectivité de ses œuvres historiques, dans sa patience sous la provocation d’Abdu Salami, dans sa réconciliation avec Abdullahi [son oncle paternel], dans sa lutte contre le fanatisme, dans ses grandes réalisations et dans le sens de l’humilité personnelle devant Dieu qui, au moment de son plus grand triomphe lors de la prise d’Alkalawa tout autant que sur son lit de mort, ne l’a jamais abandonné.
    Cela est bien illustré par les mots qu’il a lui-même écrits au plus fort du conflit théologique avec El-Kanemi (son rival de Bornou) :
    ·         Que Dieu soit miséricordieux envers nous à notre fin et envers El-Kanemi à sa fin. Qu’il nous garde tous les deux sur le droit chemin et nous montre la miséricorde.
    En compagnie de son père Shehu (Usman Dan Fodio), il s’est révélé être l’un des hommes les plus remarquables que l’Afrique ait jamais produits. En tant que sultan, Sokoto n’eut jamais un comme lui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *