Guinee

Tentative de renversement ou manifestation ? : « Alpha Condé et nous même, avons fait ça plusieurs fois », dixit Sidya Touré

Dans la presse, le président l’Union des forces républicaines (UFR) nie en bloc les accusations du chef de l’Etat contre le FNDC. Selon Sidya Touré, « à aucun moment, il n’a été question d’aller prendre le pouvoir ».
Pour l’ancien Haut représentant du chef de l’Etat, le combat du Front national pour la défense de la Constitution est pacifique.
« À aucun moment, il n’a été question d’aller prendre le pouvoir. L’armée est là, les forces de défense sont là. C’est une manifestation contre ce qui était en train de se faire alors que la constitution de 2010 ne le permettait pas », indique-t-il, tout en soulignant que « ce n’est pas la première fois qu’on le fait ici. Alpha Condé et nous même, avons fait ça plusieurs fois », a-t-il laissé entendre au micro de nos confrères de la radio Espace fm.
Et d’ajouter : « Il n’y a aucun putsch à l’horizon. Nous avons demandé les choses très claires, à savoir qu’on ne peut pas aller aux élections avec un fichier où il y avait 8.700.000 guinéens alors que nous savons que notre fichier ne doit pas dépasser 4 800 000 électeurs », a-t-il précisé, avant de faire un bref rappel.
« J’ai été un moment dans l’opposition puisque je suis un peu plus âgé que mes amis là. Avec Alpha Condé, ce qu’il me disait tous les jours et ce qu’il préparait bon Dieu laissez tomber. Nous nous manifestons à l’intérieur de notre territoire pour faire en sorte que notre droit soit respecté. N’oubliez pas quand même que la constitution de 2010 empêche le troisième mandat », souligne-t-il.
Par ailleurs, l’ancien Premier ministre est catégorique quant à la tenue de l’élection présidentielle en 2020. « Nous avons une position et c’est celle du FNDC. Nous ne pensons pas que les élections doivent être reportées. Il y aura des élections en 2020 mais, pour nous c’est sans Alpha Condé. Notre condition d’un dialogue c’est remettre tout ça à Zéro. C’est-à-dire pas eu de constitution nouvelle, pas eu d’élections législatives », exige le leader de l’UFR.
Sadjo Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *