Guinee

Violations des droits de l’homme : Le CODHONM met en place un centre de documentation et de monitoring des cas de violation des droits de l’Homme…

La Coordination des organisations de défense des droits de l’Homme contre la nouvelle constitution (CODHONM), a animé une conférence de presse, ce vendredi, 11 octobre, à la maison commune des journalistes à Kipé, sous le thème: « Lancement du centre de monitoring et de documentation des cas de violation des droits de l’homme dans le contexte politique en perspective ».

Le Collectif des ONG de Défense des Droits l’Homme contre un nouveau mandat (CODHONM), a expliqué les raisons de cette opposition pour une modification constitutionnelle souhaitée par l’actuel chef de l’Etat. « Voilà que depuis un certain temps, par tous les canaux de communication, des individus mal intentionnés remettent à l’ordre du jour, la rédaction d’une nouvelle constitution au prétexte que celle en vigueur ne serait pas l’émanation du peuple et aurait été adoptée par un organe non élu notamment le Conseil National de Transition. Une aberration, pour qui sait que c’est cette constitution qui a permis l’élection en 2010 et 2015 de l’actuel président de la République et a institué l’assemblée nationale dont le mandat a déjà expiré ainsi que toutes les autres institutions Républicaines », décoche le président de l’ONG Mêmes Droits Pour Tous.

Pour contrer et dissuader cette volonté de remise en cause de l’Ordre constitutionnel, des citoyens réunis au sein du Front national pour la défense de la constitution ont projeté une série de manifestations, à partir du 14 octobre prochain, pour marquer leur désapprobation de cette entreprise à la fois ‘’illégale, immorale et notoirement dangereuse pour notre pays’’.

Et de constater, plus loin, que : « Ainsi, notre pays traverse une crise sociopolitique marquée par des divergences majeures autour de l’organisation des élections législatives et surtout des tentatives résolues de remise en cause de l’actuelle constitution. Face à cette situation résultant de l’entêtement des affidés du pouvoir de soutenir l’idée d’un troisième mandat et de la détermination du peuple de Guinée à résister contre l’oppression et la confiscation du pouvoir, nos organisations expriment leur inquiétude face à la montée de la tension sociale. Cette crainte est justifiée quand on se rappelle des discours va-t-en-guerre de certains membres du Gouvernement ou d’hommes politiques qui souhaitent sans ambiguïté, voir le pays basculer dans l’affrontement et dans le chaos simplement parce qu’ils ont décidé, contre toute décence, d’entraver l’alternance démocratique en Guinée », explique cette structure.

« C’est pourquoi et en tant qu’organisations respectueuses des valeurs républicaines et profondément attachées à la démocratie et à l’Etat de droit, nous avons à plusieurs reprises interpellé le président de la République et ses partisans de s’abstenir de cette dérive immorale et anachronique. Ces appels sont malheureusement restés sans effet, au contraire les thuriféraires et partisans de la remise en cause de l’ordre constitutionnel ont multiplié les stratagèmes et autres déclarations dans le but d’assouvir cette soif inextinguible du pouvoir », souligne Me Foromo Frédéric LOUA.

Conscient du fait que cette situation risque d’occasionner de graves violations des droits de l’homme, le CODHONM a décidé de la mise en place du Centre de documentation et de monitoring de tous les Cas de violations des droits de l’homme dans le contexte politique en perspective.

Pour Me Frédéric Foromo LOUA, le moment venu, les complices, auteurs ou coauteurs de ces violations documentées, seront poursuivis devant les juridictions nationales et internationales pour répondre de leurs actes.

D’ailleurs, il demande à tous les citoyens qui seront victimes ou témoins de cas de violations des droits de l’homme d’appeler le Centre de monitoring et de Documentation en tout état de cause, le CODHONM rappelle qu’ « Au gouvernement, son obligation de respecter, de promouvoir et de protéger les droits de l’homme en toute circonstance; aux forces de défense et de sécurité d’observer un comportement républicain dans le cadre du maintien de l’ordre et de veiller à la sécurité des personnes et de leurs biens ; aux citoyens, d’exercer de façon pacifique et républicaine leur droit constitutionnel de manifestation et de cortège contre toute forme d’oppression et d’ensevelissement ; à la justice, s’exercer cette fonction régalienne conformément à la loi et à son serment », a-t-il soutenu.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *